Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dans "les prochaines heures"

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

EUROPE

Zapatero hausse le ton devant les contrôleurs aériens pour éviter une nouvelle crise

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/12/2010

La gouvernement espagnol, qui a décrété samedi l'état d'alerte pour mettre fin à la grève des controleurs aériens qui a paralysé pendant 24 heures le trafic dans tout le pays, envisage de prendre de "nouvelles mesures" si la crise perdure.

AFP - Le gouvernement espagnol "n'hésitera pas" à prendre de nouvelles mesures afin d'éviter une crise semblable à celle provoquée le week-end dernier par la grève des contrôleurs aériens, a déclaré jeudi le chef du gouvernement Jose Luis Rodriguez Zapatero.
              
Le gouvernement "n'hésitera pas à utiliser tous les instruments de l'Etat de droit pour éviter ou mettre fin à une situation comme celle que nous avons vécue", a déclaré M. Zapatero.
              
"Personne, ni individuellement ni collectivement ne peut prendre en otage de ses revendications l'ensemble des citoyens", a-t-il ajouté en expliquant devant les députés les raisons qui ont conduit son gouvernement à décréter l'état d'alerte.
              
Le gouvernement espagnol avait pris samedi cette mesure, sans précédent depuis la fin de la dictature franquiste en 1975, pour mettre fin à une grève sauvage des contrôleurs aériens qui a paralysé pendant 24 heures le trafic dans tout le pays.
              
En vertu de cette mesure, le contrôle aérien a été placé sous l'autorité de l'armée pour 15 jours.
              
"Nous ne serons en état d'alerte ni un jour de plus ni un jour de moins que ce dont ont besoin le pays et les citoyens pour pouvoir circuler librement sans risquer d'être l'objet d'un chantage de la part des contrôleurs", a déclaré M. Zapatero.
              
Les contrôleurs ont agi "en rébellion ouverte contre l'Etat de droit et ses institutions" et sont responsables d'un "affront à l'ordre constitutionnel qui devait être abordé comme tel", a-t-il ajouté.
              
Le chef du gouvernement a précisé que 190 militaires de l'armée de l'air avaient été mobilisés dans les tours de contrôle pour superviser le trafic aérien, ainsi que 2.000 policiers, des membres de la protection civile et de l'Unité militaire d'urgence, pour assurer la sécurité des aéroports.
              
Il a ajouté que plus de 200.000 passagers avaient été affectés par cette grève sauvage.
              
M. Zapatero avait évoqué lundi l'éventualité d'une prolongation de l'état d'alerte au delà de 15 jours. Le quotidien de centre-droit El Mundo avait lui affirmé que la mesure pourrait être prolongée "jusqu'à deux mois" afin notamment d'éviter de nouvelles perturbations au moment des vacances de fin d'année.
              
L'autorité de gestion des aéroports (Aena) a ouvert "plus de 430 procédures disciplinaires" contre les contrôleurs grévistes, a indiqué M. Zapatero, tandis que le parquet a demandé l'ouverture de poursuites pénales contre les contrôleurs à la suite de centaines de plaintes déposées par des passagers.
              
La grève sauvage avait été déclenchée vendredi soir par les contrôleurs, qui protestaient contre un décret gouvernemental plafonnant à 1.670 heures par mois leur temps de travail, ce qui limite leur salaire.
              
Douze contrôleurs aériens qui devaient être entendus jeudi par un procureur de Madrid ont refusé de répondre à ses questions, alors qu'ils risquent jusqu'à huit ans de prison pour "sédition".
              
Les contrôleurs contestent la compétence du parquet de Madrid pour mener l'enquête sur cette affaire, estimant qu'elle est du ressort de la justice militaire puisque le gouvernement a pris un décret plaçant l'espace aérien sous tutelle militaire, a expliqué le procureur Eduardo Esteban.
              
Environ 175 contrôleurs aériens qui ont abandonné leur poste de travail vendredi et samedi sont l'objet d'une enquête pour "sédition".
              
Simultanément, le syndicat des contrôleurs USCA a présenté un recours devant le Tribunal suprême contre l'activation de l'état d'alerte et la militarisation du contrôle aérien.

 

Première publication : 09/12/2010

  • ESPAGNE

    Les contrôleurs aériens reprennent le travail après une grève surprise

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le gouvernement décrète l'état d'alerte face à la grève des contrôleurs du ciel

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    L'armée prend la direction du trafic aérien après la grève des contrôleurs

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)