Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut faire preuve de fermeté face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

Economie

Des déçus de WikiLeaks lancent OpenLeaks

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2010

D'anciens collaborateurs de WikiLeaks lanceront lundi prochain un nouveau site spécialisé dans la révélation de documents confidentiels, baptisé OpenLeaks. Ils le veulent plus "transparent" que son illustre prédécesseur.

Si 2010 a été l’année de la gloire pour WikiLeaks, 2011 pourrait bien être celle d’OpenLeaks. Des anciens collaborateurs du célèbre site spécialisé dans la révélation d'informations confidentielles ont annoncé leur intention de mettre en ligne un site concurrent, lundi prochain.

C’est le journal suédois "Dagens Nyheter" qui a dévoilé la nouvelle, jeudi, et qui rapporte sur son site internet les ambitions de ces nouveaux "whistleblowers" ("lanceurs d’alertes").

"Notre objectif à long terme est de bâtir une plateforme forte et transparente pour soutenir les sources, tant sur le plan technologique que politique, tout en encourageant le lancement de projets similaires", explique l'un des membres du groupe sous couvert d’anonymat.

Les internautes ayant en leur possession des informations susceptibles d’intéresser OpenLeaks sont invités à les déposer sur un serveur sécurisé. Mais, contrairement à ce que fait WikiLeaks, le site ne les publiera pas sur son site. Il les fera parvenir à une organisation ou un média sélectionné par la source.

OpenLeaks espère ainsi éviter de s’attirer les foudres des États ou des organisations affectés par la divulgation des ces informations. "Du fait de notre intention de ne publier aucun document directement et en notre nom, nous pensons pouvoir échapper aux pressions politiques dont WikiLeaks fait actuellement l'objet", veut croire l'un des autres promoteurs du nouveau site.

Sur le compte Twitter OpenLeaksOrg, il est précisé que les futurs informateurs peuvent envoyer des informations sans risque car "chaque source, chaque ONG et chaque journaliste peut avoir une boîte aux lettres digitale gratuite, décentralisée et sécurisée".

Conflit avec Julian Assange

Ces ex-"WikiLeakers" ont quitté leur ancien employeur à la suite de problèmes relationnels avec son charismatique leader, Julian Assange. Ils ont désormais l’ambition de bâtir une organisation "gouvernée démocratiquement par tous ses membres et non par un petit groupe ou même un seul individu". Une attaque à peine voilée en direction de leur ancien patron, qui s’est imposé comme l’unique figure de WikiLeaks.

L'omniprésence du fondateur de WikiLeaks est, notamment, dénoncée par son ancien bras droit, Daniel Domscheit-Berg, qui a été écarté du site et fait désormais partie de la nouvelle équipe OpenLeaks. Dans une interview au "Times", celui-ci décrit ce qu’il considère comme les dérives de la plateforme pour laquelle il travaillait. "Notre raison d’être était la transparence. Or, nous-mêmes n’étions pas transparents", explique-t-il. "Si Julian a pu me suspendre simplement en claquant des doigts, qu’est-ce que cela indique à propos de WikiLeaks ? S’il a pu faire quelque chose comme ça, cela veut dire que WikiLeaks est son bébé à lui seul."

Julian Assange est actuellement au cœur d’une tempête judiciaire. Depuis mardi, celui-ci est détenu par les autorités britanniques qui étudient son éventuelle extradition vers la Suède, où il doit être entendu dans une affaire de viol et d’agression sexuelle.

Son incarcération a déclenché une levée de boucliers de la part de ses partisans à travers le monde : beaucoup estiment en effet qu’il est victime d’un complot visant à mettre à mal son site Internet.

Première publication : 10/12/2010

  • INTERNET

    Controverse en ligne : de quoi WikiLeaks est-il le symbole ?

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Les partisans de Julian Assange lancent l'"Opération Riposte"

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    L'Australie apporte son soutien à Julian Assange

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)