Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Amériques

Affrontements sanglants entre immigrés et riverains dans le sud de Buenos Aires

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/12/2010

Quatre personnes ont été tuées durant les violences qui font rage près d'un parc de la banlieue de Buenos Aires où un millier de sans-abri, pour la plupart boliviens et paraguayens, se sont installés en attendant "des logements dignes".

AFP - Un jeune de 19 ans a été tué vendredi soir d'une balle à la tête, portant à quatre le nombre de personnes décédées depuis mardi dans des affrontements avec des sans-abri étrangers dans un parc de la banlieue sud de Buenos Aires, a-t-on appris auprès des services d'urgence.
              
"Il y a un mort de 19 ans, victime d'un tir en pleine tête", a dit à la presse Alberto Crescenti, directeur du Service médical métropolitain d'urgence (SAME).
              
"On tire sur les ambulances", a-t-il ajouté, en soulignant que les médecins ne pouvaient pas entrer dans le parc. "Nous ne pouvons pas approcher pour retirer les blessés", a-t-il dit.
              
Le jeune a été tué alors que des habitants des quartiers environnants, ainsi que des gens armés, tentaient d'expulser du parc des centaines d'immigrés originaires des pays limitrophes qui s'y étaient installés faute de logement.
              
La fumée des tentes des sans-abri brûlées pouvait être vue s'élevant au-dessus du parc, où des scènes de panique et de chasse à l'homme avaient lieu. Ce parc de 230 hectares est devenu un no man's land en l'absence de toute intervention des forces de l'ordre.
              
La présidente Cristina Kirchner avait déclaré peu auparavant dans un discours qu'elle ne permettrait pas qu'il y ait un seul mort du fait de la répression policière.
              
Le gouvernement se refuse à dépêcher la police fédérale, afin de laisser toute la responsabilité de ce qui est arrivé au maire de Buenos Aires, Mauricio Macri, (droite, opposition) qui à son tour accuse l'Etat.
              
"Nous voulons que la police revienne!", criait une femme en plein mouvement de foule. "Ils nous ont crié : dehors les Boliviens ! Retournez dans votre pays ! Ils ont tué mon mari comme un chien", racontait en pleurs Elizabeth Valderrama, veuve de Juan Quispe, un Bolivien tué par balle jeudi soir.
              
"Tout le monde voit maintenant où son les violents!", lançait devant la presse l'un des sans-abri qui avaient occupé le parc.
              
"Nous avons peur. Maintenant que les caméras sont parties, tout peut arriver", disait de son côté Fernando, un habitant du quartier âgé de 48 ans.
              
Les deux premières victimes, tuées mardi, étaient de nationalité bolivienne et paraguayenne. Le troisième, tué jeudi, était bolivien. Les incidents ont éclaté mardi après l'occupation du parc par un millier de sans-abri, pour la plupart boliviens et paraguayens, qui réclamaient "des logements dignes".

 

Première publication : 11/12/2010

COMMENTAIRE(S)