Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

BIENVENUE EN FRANCE

Hortefeux déclenche une polémique en soutenant des policiers condamnés

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/12/2010

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, qui a jugé "disproportionnée" la condamnation de sept policiers à des peines de prison ferme, a déclenché une polémique politique, sur fond de tensions entre police et justice.

AFP - Le soutien apporté par le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, à sept policiers condamnés vendredi à de la prison ferme par le tribunal de Bobigny a déclenché samedi une polémique politique, sur fond de nouvelles tensions entre policiers et magistrats.
              
"Laissez les magistrats faire leur travail!", a lancé la patronne du PS Martine Aubry à l'attention de M. Hortefeux, qui avait qualifié le jugement de "disproportionné".
              
La condamnation des sept policiers à des peines allant de six mois à un an de prison pour avoir menti en accusant un automobiliste d'avoir renversé l'un d'eux a relancé le feuilleton de la guerre police-justice.
              
Les syndicats policiers ont violemment mis en cause les magistrats de Bobigny, qu'ils accusent régulièrement de laxisme.
              
"Ce tribunal est connu pour receler les pires idéologues de la culture de l'excuse quand il s'agit de remettre dehors à tour de bras les trafiquants de stupéfiants, braqueurs, auteurs de tentatives d'homicide, etc.", a fustigé Synergie-Officiers.
              
Mi-novembre, la libération d'un trafiquant de drogue présumé, chez qui avaient été découverts des stupéfiants et une Kalachnikov, avait également provoqué leur colère.
              
Les policiers, qui avaient manifesté à plus de 200 vendredi devant le tribunal, avaient reçu le soutien du préfet de Seine-Saint-Denis, Christian Lambert, qui s'était dit "très étonné".
              
"Ce jugement (...) peut légitimement apparaître, aux yeux des forces de sécurité, comme disproportionné", avait renchéri Brice Hortefeux.
              
Samedi devant le conseil national de l'UMP, le ministre a réitéré sa position. "Le métier de policier, de gendarme, de sapeur pompiers, ce n'est pas un métier comme les autres. C'est un métier où il arrive quotidiennement de risquer sa vie, et je me réjouis de la décision du parquet de faire appel de ce jugement", a-t-il déclaré.
              
En face, des magistrats se sont dits "consternés". "Que le ministre de l'Intérieur soutienne des policiers condamnés pour des faits particulièrement graves, c'est ahurissant", a déclaré à l'AFP Christophe Régnard, président de l'Union syndicale des magistrats (majoritaire).
              
Il a rappelé que l'homme dénoncé à tort par les policiers encourait la perpétuité si le mensonge n'avait pas été dévoilé.
              
"Ce qui me désole, c'est qu'on renforce une guerre police-justice qui n'a pas lieu d'être", a abondé Clarisse Taron, présidente du Syndicat de la magistrature (SM, gauche).
              
Tous deux se sont étonnés de l'absence de réaction du ministre de la Justice, Michel Mercier. "On demande juste qu'il intervienne pour appeler à respecter les magistrats et leurs décisions", a souligné M. Régnard.
              
Selon la Chancellerie, "le garde des Sceaux ne souhaite pas alimenter la polémique" et "attend que la cour d'appel puisse se prononcer avec du recul et dans la sérénité sur cette affaire".
              
A gauche, les réactions n'ont pas tardé. Benoît Hamon, porte-parole du PS, a accusé Brice Hortefeux d'être "dans un registre de premier syndicaliste de la police". L'ancienne garde des Sceaux, Elisabeth Guigou, a jugé que ses déclarations "sont irresponsables".
              
"Critiquer publiquement le jugement (...) enfreint le principe (...) de la séparation des pouvoirs", a relevé le président d'honneur du PRG, Roger-Gérard Schwartzenberg.
              
Pour le PCF, M. Hortefeux "a gravement discrédité sa fonction de ministre de l'intérieur".
              
Cinq parlementaires UMP de Seine-Saint-Denis, dont le député Éric Raoult, ont en revanche apporté leur "soutien" aux policiers et au ministre.
              

 

Première publication : 11/12/2010

  • JUSTICE

    Prison ferme pour sept policiers, les syndicats en colère

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)