Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

  • En direct : Bouteflika et Benflis ont voté, la participation reste faible

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

Planète

Kosciusko-Morizet : "Ce n'est pas un accord a minima"

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2010

De Cancun, où elle assistait au sommet sur le réchauffement climatique, la ministre française de l'Écologie affirme à FRANCE 24 être soulagée et satisfaite de l’accord signé samedi entre les quelque 200 pays présents.

Nathalie Kosciusko-Morizet exténuée mais satisfaite. Après 13 jours de négociations et quelques nuits blanches, les 194 pays présents à Cancun, au Mexique, ont adopté une série de mesures destinées à lutter contre le changement climatique. Pour la ministre française de l’Écologie, cet accord signé "sauve le système multilatéral de lutte contre le changement climatique".

"L’accord n’est pas parfait, mais ce n’est pas un accord a minima, estime-t-elle au micro de FRANCE 24. Il met en place un certain nombre de mécanismes, d’outils indispensables pour lutter contre les émissions de CO2 dont on parle depuis 15 ans."

L’accord de Cancun prévoit notamment un "fonds vert", destiné à accompagner les pays en développement dans la production d’énergie propre et dans la lutte contre la déforestation. "On parle de ce fonds depuis des années sans se donner les moyens de le mettre en place, poursuit la ministre de l’Écologie. L’accord prévoit aujourd’hui que les pays développés débloqueront 100 milliards d’euros par an en 2020, et 10 milliards d’euros par an entre 2010 et 2012 pour financer cette lutte contre le changement climatique dans les pays du Sud."

"Ce n'est pas la fin de l'histoire"

Dans le même objectif, les 194 pays réunis au Mexique ont trouvé un terrain d’entente sur des transferts de technologies qui pourraient pour "accompagner les pays du Sud de façon à ce qu’ils se développent tout de suite de manière plus propre que nous ne l’avons fait dans le Nord", explique Nathalie Kosciusko-Morizet.

La ministre française reste cependant réaliste : malgré les avancées majeures que représente cet accord, il ne répond pas entièrement à la question du changement climatique. "Ce n’est pas encore la fin de l’histoire, affirme-t-elle. On n’en est pas encore au grand accord engageant tous les pays du monde à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre."

Le texte se borne à formaliser l’objectif, fixé en 2009 à Copenhague, visant à limiter la hausse de la température moyenne de la planète à 2°C au-dessus des niveaux pré-industriels. Il prévoit également de reconduire les dispositions du protocole de Kyoto adopté en 1997, seul traité juridiquement contraignant sur la question climatique existant à ce jour.

"Après les flottements de Copenhague, un échec à Cancun aurait été une catastrophe. Je crois que tout le monde en était pleinement conscient", poursuit Nathalie Kosciusko-Morizet.

 

Première publication : 11/12/2010

  • RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

    Un accord international sur le climat adopté à Cancun

    En savoir plus

  • RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

    Dernières tractations à Cancun pour trouver un compromis sur le climat

    En savoir plus

  • RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

    Négociations de la dernière chance au sommet de Cancun

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)