Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

Amériques

Richard Holbrooke dans un état critique après une opération de l'aorte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/12/2010

Hospitalisé depuis vendredi à Washington à la suite d'un malaise, l'envoyé spécial américain pour le Pakistan et l'Afghanistan a subi une opération de l'aorte. Âgé de 69 ans, il se trouvait dans un "état critique" samedi.

AFP - L'envoyé spécial américain pour le Pakistan et l'Afghanistan, Richard Holbrooke, 69 ans, hospitalisé vendredi à Washington, se trouvait samedi dans un "état critique" après une opération de l'aorte, a indiqué le département d'Etat.

Le président Barack Obama a indiqué qu'avec son épouse Michelle ils priaient pour le rétablissement de Richard Holbrooke.

"Nous continuons à prier pour son rétablissement et nous soutenons sa famille dans ces temps difficiles", dit le président dans un communiqué ajoutant s'être entretenu avec Kati, l'épouse de M. Holbrooke.

"Richard Holbrooke a été admis hier (vendredi) à l'hôpital universitaire George Washington. Ce matin, les médecins ont terminé une opération chirurgicale" au niveau de l'aorte, indique un communiqué du département d'Etat. "Il est dans un état critique et a été rejoint par sa famille", ajoute le communiqué sans autres précisions.

Vendredi, le porte-parole de la diplomatie américaine Philip Crowley avait indiqué que M. Holbrooke s'était "senti mal" alors qu'il travaillait au septième étage du département d'Etat, où se trouvent les bureaux de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

Artisan de l'accord de paix de Dayton, qui a mis fin en 1995 à la guerre en Bosnie, M. Holbrooke est surnommé "le Kissinger des Balkans".

Le président Barack Obama lui a confié en janvier 2009 à son arrivée à la Maison Blanche la tâche difficile de représenter la diplomatie américaine dans une région où les Etats-Unis mènent depuis 2001 une guerre contre les talibans.

Il était aux côtés d'Hillary Clinton le 20 juillet à Kaboul lors d'une conférence internationale pour apporter le soutien de la communauté internationale au projet du président afghan Hamid Karzaï d'assurer avec ses propres forces la sécurité du pays d'ici à la fin 2014, ainsi qu'à sa politique de main tendue aux talibans.

Récemment, après des inondations dévastatrices au Pakistan, il avait plaidé auprès des Européens pour l'envoi d'aide à la reconstruction au Pakistan.

Né le 24 avril 1941 à New York, il a entamé sa carrière diplomatique à 21 ans au Vietnam, grâce à sa connaissance de la langue vietnamienne.

Il grimpe rapidement les échelons pour devenir à 35 ans secrétaire d'Etat adjoint chargé des Affaires asiatiques, sous le président démocrate Jimmy Carter. C'est pendant son mandat que les Etats-Unis normalisent leurs relations diplomatiques avec la Chine.

Après un passage à la banque d'affaires Lehman Brothers, dont il devient directeur général, Bill Clinton le rappelle en 1993 et le nomme ambassadeur en Allemagne. En 1995, il devient secrétaire d'Etat adjoint aux Affaires européennes. C'est à ce titre qu'il entreprend plusieurs voyages en ex-Yougoslavie pour y susciter des négociations de paix et parvient à obtenir un accord de paix pour la Bosnie, encore considéré comme l'un des plus grands succès diplomatiques américains.

Première publication : 12/12/2010

COMMENTAIRE(S)