Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : convoqué par les juges, Fillon ira "jusqu'au bout"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Trainspotting 2" : moins camés, toujours aussi paumés !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump optimiste? Ne vous faites pas avoir !"

En savoir plus

FOCUS

Japon : "Nippon Kaigi", le lobby révisionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mineurs et terroristes, bourreaux et victimes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc : Rabat se retire de la zone contestée de Guerguerat

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benjamin Griveaux : "Notre objectif est de passer en tête face au FN"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benjamin Griveaux : "Le soutien de Bayrou prouve que Macron n'est pas un homme seul"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matmatah, le groupe breton a le vent en poupe

En savoir plus

Afrique

Des manifestants dénoncent au Caire le nouveau Parlement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2010

Des centaines de manifestants se sont rassemblés au Caire, devant la Cour suprême, pour dénoncer le nouveau Parlement. Les deux principaux partis d'opposition avaient boycotté le second tour, dénonçant des fraudes massives et des violences.

AFP - Des centaines d'Egyptiens se sont rassemblés dimanche au Caire devant la Cour suprême pour dénoncer le nouveau Parlement, issu d'élections contestées et boycottées par les principaux partis d'opposition.
              
"Nulles, nulles", ont scandé les manifestants -- 200 selon la police anti-émeutes -- à propos des élections, tandis qu'un banderole proclamait: "Ceci n'est pas notre Parlement. A bas le Parlement illégitime".
              
L'organisateur de la manifestation, George Ishak, a expliqué à l'AFP qu'il entendait contester la légitimité du nouveau Parlement, au sein duquel le Parti nationale démocrate (PND) du président Hosni Moubarak a obtenu 424 des 508 sièges.
              
"Nous allons déposer des plaintes au niveau local et national contre ce Parlement", a annoncé M. Ishak, un des responsables de l'Association nationale pour le changement, une large coalition de mouvements d'opposition.
              
Deux des principaux partis d'opposition, les Frères musulmans et le parti libéral modéré Wafd, se sont retirés entre les deux tours (28 novembre et 5 décembre), dénonçant des fraudes massives et des violences. Le gouvernement a assuré que le scrutin avait été libre.

 

Première publication : 12/12/2010

  • LÉGISLATIVES EGYPTIENNES

    Le parti du président Moubarak remporte plus de 80 % des sièges à l'Assemblée

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES EGYPTIENNES

    Les Égyptiens aux urnes pour un second tour joué d'avance

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Frères musulmans annoncent leur boycott du deuxième tour des législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)