Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

Afrique

Des manifestants dénoncent au Caire le nouveau Parlement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2010

Des centaines de manifestants se sont rassemblés au Caire, devant la Cour suprême, pour dénoncer le nouveau Parlement. Les deux principaux partis d'opposition avaient boycotté le second tour, dénonçant des fraudes massives et des violences.

AFP - Des centaines d'Egyptiens se sont rassemblés dimanche au Caire devant la Cour suprême pour dénoncer le nouveau Parlement, issu d'élections contestées et boycottées par les principaux partis d'opposition.
              
"Nulles, nulles", ont scandé les manifestants -- 200 selon la police anti-émeutes -- à propos des élections, tandis qu'un banderole proclamait: "Ceci n'est pas notre Parlement. A bas le Parlement illégitime".
              
L'organisateur de la manifestation, George Ishak, a expliqué à l'AFP qu'il entendait contester la légitimité du nouveau Parlement, au sein duquel le Parti nationale démocrate (PND) du président Hosni Moubarak a obtenu 424 des 508 sièges.
              
"Nous allons déposer des plaintes au niveau local et national contre ce Parlement", a annoncé M. Ishak, un des responsables de l'Association nationale pour le changement, une large coalition de mouvements d'opposition.
              
Deux des principaux partis d'opposition, les Frères musulmans et le parti libéral modéré Wafd, se sont retirés entre les deux tours (28 novembre et 5 décembre), dénonçant des fraudes massives et des violences. Le gouvernement a assuré que le scrutin avait été libre.

 

Première publication : 12/12/2010

  • LÉGISLATIVES EGYPTIENNES

    Le parti du président Moubarak remporte plus de 80 % des sièges à l'Assemblée

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES EGYPTIENNES

    Les Égyptiens aux urnes pour un second tour joué d'avance

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Frères musulmans annoncent leur boycott du deuxième tour des législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)