Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Afrique

Le président Wade veut "se débarrasser" de l’ex-dictateur tchadien Habré

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/12/2010

Hissène Habré ne sera pas jugé à Dakar, a assuré le président sénégalais Abdoulaye Wade, à FRANCE 24 et RFI. L'ex-dictateur tchadien, réfugié à Dakar depuis près de 20 ans, est accusé de crime contre l'humanité.

Le Sénégal ne veut pas juger l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré. Chargé depuis 2006 par l’Union africaine (UA) d’organiser un procès contre l’ancien homme fort de N’Djamena, accusé de crime contre l’humanité, le président sénégalais, Abdoulaye Wade, souhaite que l'organisation continentale "reprenne son dossier".

"Franchement, je regrette d’avoir accepté [le dossier] parce que je n’ai pas trouvé le soutien que je cherchais [de la part de la communauté internationale]", affirme-t-il lors d'un entretien accordé à FRANCE 24 et RFI. "Je vais renvoyer [Hissène Habré] quelque part. Je vous le dit très clairement : je vais m’en débarrasser", a-t-il poursuivi, n’excluant pas une extradition vers la Belgique.

"Juger une personne comme ça, c’est se faire des ennemis. Je n’ai pas peur de mes responsabilités mais je n’ai pas eu un minimum de soutien", a répété le président sénégalais. Abdoulaye Wade réclame 27 millions d’euros pour organiser le procès. L’UA et l’Union européenne lui a accordé 8,5 millions d’euros, montant qu’il juge trop faible.

Poursuivi pour crime contre l’humanité

Ces déclarations ont provoqué la colère de l’avocat d’Hissène Habré, El Hadji Diouf. "Pour Wade, il n’y a donc aucune présomption d’innocence, s’est-il exclamé. Wade "doit garder sa sérénité !"

L’ancien dictateur tchadien a trouvé refuge au Sénégal en 1991, au lendemain du coup d’État qui a placé Idriss Déby Itno au pouvoir à N'Djamena. Accusé d’être responsable de la mort de 40 000 personnes au cours de ses années de règne, entre 1982 et 1990, il a été condamné à mort par contumace au Tchad. La justice belge, saisie par des ressortissants tchadiens ayant acquis la nationalité belge, a délivré en 2005 un mandat d’arrêt international à son encontre pour crime contre l’humanité, crime de guerre et actes de torture.

En 2001, Hissène Habré a été arrêté brièvement à Dakar, puis relâché. La justice sénégalaise s’est alors estimée incompétente pour le juger. En 2006, l’UA en avait décidé autrement, "au nom de l’Afrique". Dimanche, le Tchad s’est dit prêt à organiser un nouveau procès contre son ancien chef d’État.

Première publication : 12/12/2010

COMMENTAIRE(S)