Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Sports

La candidature d'Annecy affaiblie après la démission d'Edgar Grospiron

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2010

Edgar Grospiron (photo), ancien champion olympique, a abandonné hier son poste de directeur de la candidature française. Le CIO devra choisir en juillet 2011 entre Annecy, Pyeongchang (Corée du Sud) et Munich (Allemagne) pour les JO d'hiver 2018.

AFP - La candidature d'Annecy à l'organisation des jeux Olympiques d'hiver 2018 a accusé un gros coup dur et entamé une période de flou, dimanche, avec la démission de son homme-orchestre, Edgar Grospiron, déçu par une maigre rallonge budgétaire de 2 millions d'euros.

"Je ne peux pas faire gagner la candidature avec ce budget et le temps qu'il me reste (moins de 7 mois avant l'élection, le 6 juillet prochain à Durban en Afrique du sud, ndlr), a justifié Grospiron, directeur général d'Annecy-2018, auprès de l'AFP. Je prends mes responsabilités, je ne suis pas l'homme de la situation. Je quitte mes fonctions mais je reste à disposition pour faire gagner la candidature."

Un peu plus tôt, le conseil de surveillance de la candidature présidé par Christian Monteil, président du conseil général de Haute-Savoie, avait décidé de porter le budget d'Annecy-2018 de 18 à 20 millions d'euros, une somme jugée insuffisante par Grospiron pour espérer redresser la barre après un début de campagne mal engagé.

Le champion olympique 1992 de bosses avait suggéré qu'une augmentation de 12 millions d'euros était nécessaire pour espérer faire le match et renforcer considérablement le secteur défaillant des relations internationales et du lobbying.

"Modestie et authenticité"

"C'est un budget qui nous a semblé compatible avec la gestion des deniers publics", a annoncé de son côté M. Monteil. "Edgar a fait un excellent travail mais c'est une histoire de moyens, d'approche, je n'ai pas voulu engager le conseil de surveillance au delà de 20 millions, a-t-il précisé. Je ne pouvais pas prendre d'hypothèque."

"On continue dans la modestie et l'authenticité", a indiqué pour sa part Denis Masseglia, président du Comité olympique français (CNOSF), précisant que les parties prenantes du dossier de candidature (CNOSF, conseil général, région, Etat, ville) décideraient de la succession de Grospiron dans les jours à venir.

En théorie, la décision de porter la candidature jusqu'au vote des quelque 100 membres du CIO qui doivent choisir entre Annecy, Pyeongchang (Corée du sud) et Munich (Allemagne), appartient au maire d'Annecy, Jean-Luc Rigaut, et au président du CNOSF. Mais ce dernier veut y associer les autres composantes du dossier.

"Il faut que l'on décide à cinq", a indiqué M. Masseglia alors qu'aucun nom de successeur(s) potentiel ne semble s'imposer à moins d'un mois du dépôt du dossier de candidature, le 11 janvier, auprès du Comité international olympique (CIO) à Lausanne.

"Il faut réorganiser la structure", a indiqué Grospiron. "Ce que j'ai appris, je peux le transmettre. Ils savent qu'ils peuvent compter sur moi."

Première publication : 13/12/2010

  • MÉDIAS

    Les JO et la pub, un partenariat toujours gagnant ?

    En savoir plus

  • COMITÉ OLYMPIQUE

    Jacques Rogge reconduit à la tête du CIO pour quatre ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)