Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Sports

La candidature d'Annecy affaiblie après la démission d'Edgar Grospiron

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2010

Edgar Grospiron (photo), ancien champion olympique, a abandonné hier son poste de directeur de la candidature française. Le CIO devra choisir en juillet 2011 entre Annecy, Pyeongchang (Corée du Sud) et Munich (Allemagne) pour les JO d'hiver 2018.

AFP - La candidature d'Annecy à l'organisation des jeux Olympiques d'hiver 2018 a accusé un gros coup dur et entamé une période de flou, dimanche, avec la démission de son homme-orchestre, Edgar Grospiron, déçu par une maigre rallonge budgétaire de 2 millions d'euros.

"Je ne peux pas faire gagner la candidature avec ce budget et le temps qu'il me reste (moins de 7 mois avant l'élection, le 6 juillet prochain à Durban en Afrique du sud, ndlr), a justifié Grospiron, directeur général d'Annecy-2018, auprès de l'AFP. Je prends mes responsabilités, je ne suis pas l'homme de la situation. Je quitte mes fonctions mais je reste à disposition pour faire gagner la candidature."

Un peu plus tôt, le conseil de surveillance de la candidature présidé par Christian Monteil, président du conseil général de Haute-Savoie, avait décidé de porter le budget d'Annecy-2018 de 18 à 20 millions d'euros, une somme jugée insuffisante par Grospiron pour espérer redresser la barre après un début de campagne mal engagé.

Le champion olympique 1992 de bosses avait suggéré qu'une augmentation de 12 millions d'euros était nécessaire pour espérer faire le match et renforcer considérablement le secteur défaillant des relations internationales et du lobbying.

"Modestie et authenticité"

"C'est un budget qui nous a semblé compatible avec la gestion des deniers publics", a annoncé de son côté M. Monteil. "Edgar a fait un excellent travail mais c'est une histoire de moyens, d'approche, je n'ai pas voulu engager le conseil de surveillance au delà de 20 millions, a-t-il précisé. Je ne pouvais pas prendre d'hypothèque."

"On continue dans la modestie et l'authenticité", a indiqué pour sa part Denis Masseglia, président du Comité olympique français (CNOSF), précisant que les parties prenantes du dossier de candidature (CNOSF, conseil général, région, Etat, ville) décideraient de la succession de Grospiron dans les jours à venir.

En théorie, la décision de porter la candidature jusqu'au vote des quelque 100 membres du CIO qui doivent choisir entre Annecy, Pyeongchang (Corée du sud) et Munich (Allemagne), appartient au maire d'Annecy, Jean-Luc Rigaut, et au président du CNOSF. Mais ce dernier veut y associer les autres composantes du dossier.

"Il faut que l'on décide à cinq", a indiqué M. Masseglia alors qu'aucun nom de successeur(s) potentiel ne semble s'imposer à moins d'un mois du dépôt du dossier de candidature, le 11 janvier, auprès du Comité international olympique (CIO) à Lausanne.

"Il faut réorganiser la structure", a indiqué Grospiron. "Ce que j'ai appris, je peux le transmettre. Ils savent qu'ils peuvent compter sur moi."

Première publication : 13/12/2010

  • MÉDIAS

    Les JO et la pub, un partenariat toujours gagnant ?

    En savoir plus

  • COMITÉ OLYMPIQUE

    Jacques Rogge reconduit à la tête du CIO pour quatre ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)