Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Sports

Edgar Grospiron jette l'éponge devant le peu de soutiens pour Annecy-2018

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 13/12/2010

Le départ d’Edgar Grospiron laisse peu de chances à la candidature d’Annecy-2018. L'ex-champion de ski dénonce un manque d’engagement du gouvernement et le peu d’engouement des Français pour l'organisation de ces Jeux.

Ému  jusqu’aux larmes en mars 2009 lors de la désignation d’Annecy comme la candidature française pour les JO d’hiver de 2018, Edgard Grospiron a démissionné dimanche de son poste de directeur-général du comité d’organisation avec amertume.

Edgard Grospiron à l'annonce de la victoire d'Annecy-2018 sur les autres candidatures françaises (mars 2009)

Le champion olympique de ski de bosses des Jeux d’Albertville avait demandé au Conseil de surveillance de la candidature une augmentation de 12 millions d’euros d’un budget évalué à 18 millions. Il n’a reçu finalement que 2 millions d’euros. Une rallonge insuffisante qui ne change pas la stature de poids plume de la candidature française face aux deux autres villes en lice, Munich et Pyeongchang – les budgets allemands et coréens se situant entre 30 et 45 millions d’euros.

"Je prends mes responsabilités"

"Je ne peux pas faire gagner la candidature avec ce budget et le temps qu'il me reste (moins de 7 mois avant l'élection, le 6 juillet prochain à Durban en Afrique du Sud, ndlr), a justifié le 12 décembre Grospiron, auprès de l'AFP. Je prends mes responsabilités, je ne suis pas l'homme de la situation. Je quitte mes fonctions mais je reste à disposition pour faire gagner la candidature."

Comme un prélude à son départ, la semaine dernière, Jean-Claude Killy et Guy Drut, les deux Français membres du Comité international olympique (CIO) avaient fait part de leur crainte quant au manque de rigueur et de moyens de la candidature d’Annecy-2018. Dans les colonnes de l’Equipe daté du 5 décembre, Jean-Claude Killy pointait du doigt "les membres du comité haut-savoyard qui ne se rendent pas compte de ce qu'est une candidature. Nous allons à notre perte," avait-il prévenu.


Une équipe à la place de Grospiron ?

Si la nouvelle ministre des Sports, Chantal Jouanno avait proposé un soutien du gouvernement conditionnel, ce sont les dépenses annexes – Munich prévoit une enveloppe de 82 millions d’euros pour la sécurité – et les habituelles rallonges budgétaires qui, en ces temps de crise, auraient freiné les participations de l’Etat et des collectivités locales. Une conséquence du manque d’engouement des Français pour ces Jeux olympiques d’hiver – d’après un sondage du site lemonde.fr, une majorité des internautes pense que soutenir ce dossier serait une perte d’argent – un point de vue qui s’explique par le climat de crise actuel mais aussi par l’organisation, en 2016, de la Coupe d’Europe de football, beaucoup plus populaire.

Désormais, Annecy va donc se contenter de transformer en VRP ses champions maison, Jean-Pierre Vidal, Florence Masnada, Antoine Deneriaz, Gwendal Peizerat, dont aucun, on le pressent, n'a l'énergie et le bagout d'un Grospiron. L'homme, la femme, ou plus probablement l'équipe élue, sera chargé d'aller déposer le dossier d'Annecy, le 11 janvier prochain à Lausanne, au siège du CIO.

Première publication : 13/12/2010

  • MÉDIAS

    Les JO et la pub, un partenariat toujours gagnant ?

    En savoir plus

  • COMITÉ OLYMPIQUE

    Jacques Rogge reconduit à la tête du CIO pour quatre ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)