Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

Sports

Edgar Grospiron jette l'éponge devant le peu de soutiens pour Annecy-2018

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 13/12/2010

Le départ d’Edgar Grospiron laisse peu de chances à la candidature d’Annecy-2018. L'ex-champion de ski dénonce un manque d’engagement du gouvernement et le peu d’engouement des Français pour l'organisation de ces Jeux.

Ému  jusqu’aux larmes en mars 2009 lors de la désignation d’Annecy comme la candidature française pour les JO d’hiver de 2018, Edgard Grospiron a démissionné dimanche de son poste de directeur-général du comité d’organisation avec amertume.

Edgard Grospiron à l'annonce de la victoire d'Annecy-2018 sur les autres candidatures françaises (mars 2009)

Le champion olympique de ski de bosses des Jeux d’Albertville avait demandé au Conseil de surveillance de la candidature une augmentation de 12 millions d’euros d’un budget évalué à 18 millions. Il n’a reçu finalement que 2 millions d’euros. Une rallonge insuffisante qui ne change pas la stature de poids plume de la candidature française face aux deux autres villes en lice, Munich et Pyeongchang – les budgets allemands et coréens se situant entre 30 et 45 millions d’euros.

"Je prends mes responsabilités"

"Je ne peux pas faire gagner la candidature avec ce budget et le temps qu'il me reste (moins de 7 mois avant l'élection, le 6 juillet prochain à Durban en Afrique du Sud, ndlr), a justifié le 12 décembre Grospiron, auprès de l'AFP. Je prends mes responsabilités, je ne suis pas l'homme de la situation. Je quitte mes fonctions mais je reste à disposition pour faire gagner la candidature."

Comme un prélude à son départ, la semaine dernière, Jean-Claude Killy et Guy Drut, les deux Français membres du Comité international olympique (CIO) avaient fait part de leur crainte quant au manque de rigueur et de moyens de la candidature d’Annecy-2018. Dans les colonnes de l’Equipe daté du 5 décembre, Jean-Claude Killy pointait du doigt "les membres du comité haut-savoyard qui ne se rendent pas compte de ce qu'est une candidature. Nous allons à notre perte," avait-il prévenu.


Une équipe à la place de Grospiron ?

Si la nouvelle ministre des Sports, Chantal Jouanno avait proposé un soutien du gouvernement conditionnel, ce sont les dépenses annexes – Munich prévoit une enveloppe de 82 millions d’euros pour la sécurité – et les habituelles rallonges budgétaires qui, en ces temps de crise, auraient freiné les participations de l’Etat et des collectivités locales. Une conséquence du manque d’engouement des Français pour ces Jeux olympiques d’hiver – d’après un sondage du site lemonde.fr, une majorité des internautes pense que soutenir ce dossier serait une perte d’argent – un point de vue qui s’explique par le climat de crise actuel mais aussi par l’organisation, en 2016, de la Coupe d’Europe de football, beaucoup plus populaire.

Désormais, Annecy va donc se contenter de transformer en VRP ses champions maison, Jean-Pierre Vidal, Florence Masnada, Antoine Deneriaz, Gwendal Peizerat, dont aucun, on le pressent, n'a l'énergie et le bagout d'un Grospiron. L'homme, la femme, ou plus probablement l'équipe élue, sera chargé d'aller déposer le dossier d'Annecy, le 11 janvier prochain à Lausanne, au siège du CIO.

Première publication : 13/12/2010

  • MÉDIAS

    Les JO et la pub, un partenariat toujours gagnant ?

    En savoir plus

  • COMITÉ OLYMPIQUE

    Jacques Rogge reconduit à la tête du CIO pour quatre ans

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)