Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Le président Mahmoud Ahmadinejad limoge son ministre des Affaires étrangères

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2010

Selon l'agence officielle Irna, Mahmoud Ahmadinejad a limogé le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki (photo), sans donner d'explication. Le chef du programme nucléaire a été désigné pour le remplacer provisoirement.

AFP - Le président Mahmoud Ahmadinejad a limogé lundi sans explication son ministre des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki, remplacé provisoirement par le chef du programme nucléaire Ali Akbar Salehi alors que l'Iran vient de rouvrir les discussion avec les grandes puissances sur ce dossier controversé.

Le limogeage surprise de M. Mottaki a été annoncé par la publication de deux "directives" laconiques du président iranien remerciant pour son travail le ministre, actuellement en visite officielle au Sénégal, et demandant à M. Salehi d'assurer l'intérim en raison de "sa précieuse expérience".

Aucune explication n'a été donnée à cette double décision, intervenue alors que l'Iran vient de rouvrir début décembre à Genève, après un an d'interruption, des discussions délicates avec les grandes puissances sur son programme nucléaire controversé.

Aucune indication n'a été donnée sur le possible successeur de M. Mottaki, qui devra être avalisé par le parlement.

Le ministère iranien des Affaires étrangères n'intervient que très peu dans les négociations nucléaires, confiées actuellement à Said Jalili, secrétaire général du conseil suprême de sécurité nationale.

M. Salehi, nommé à la tête de l'Organisation de l'énergie atomique iranienne (OEAI) en juillet 2009, juste après la réélection contestée du président Ahmadinejad, est également vice-président.

Ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA pendant quatre ans, jusqu'en janvier 2004, M. Salehi est un physicien nucléaire qui a fait ses études au Massachusetts Institute of Technology, aux Etats-Unis, et qui était alors apprécié des Occidentaux pour ses positions modérées.

Il est devenu omniprésent ces derniers mois dans les médias iraniens, annonçant succès sur succès du programme nucléaire en dépit des sanctions internationales visant à contraindre Téhéran de renoncer à sa marche forcée vers la filière nucléaire.

La communauté internationale redoute que l'Iran, en dépit de ses dénégations répétées, ne cherche à se doter de l'arme nucléaire sous couvert de son programme civil, et s'inquiète particulièrement du programme d'enrichissement d'uranium accéléré par Téhéran depuis un an.

M. Salehi a ainsi annoncé à la veille de la réunion de Genève que l'Iran contrôlait pour la première fois la totalité de la filière du combustible nucléaire grâce à la production d'un premier chargement de poudre d'uranium concentrée (yellowcake) servant de base à l'enrichissement de l'uranium.

Diplomate plus traditionnel, M. Mottaki, en poste depuis août 2005, a fait sa dernière apparition médiatisée à l'étranger lors du Forum de Manama sur la sécurité dans le Golfe les 3 et 4 décembre, à la veille également de la reprise des pourparlers de Genève.

Il avait alors qualifié de "pas en avant" une déclaration de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton estimant que l'Iran pourrait être autorisé par les grandes puissances à enrichir de l'uranium sous certaines conditions.

La ligne officielle de Téhéran, martelée quasi-quotidiennement par les dirigeants iraniens, est que l'enrichissement d'uranium n'est "pas négociable".

Mais selon Mohammad Saleh Sedghian, directeur du Centre arabe d'études iraniennes basé à Téhéran, le limogeage de M. Mottaki, proche du président du Parlement Ali Larijani opposé à M. Ahmadinejad sur de nombreux dossiers, serait plutôt dû à des rivalités politiques au sein du clan conservateur au pouvoir.

Le ministre se serait notamment opposé aux efforts du président iranien pour développer une "diplomatie parallèle" confiée à une poignée de proches conseillers, a expliqué M. Sedghian à l'AFP.

Première publication : 13/12/2010

  • IRAN

    Le Conseil de sécurité accuse l'Iran de se livrer à la contrebande d'armes

    En savoir plus

  • IRAN

    La télévision iranienne dément la libération de Sakineh Mohammadi-Ashtiani

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'Iran et le groupe des Six reprennent langue dans un climat tendu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)