Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Crise des migrants : l'Europe en quête de solutions (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise des migrants : l'Europe en quête de solutions (partie 1)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Refugees Welcome" : des citoyens s'organisent pour aider les réfugiés

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le ralentissement de l'activité s'accentue en Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À votre bon cœur ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mots justes d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : Près de 80 morts dans des attaques d'islamistes à cheval

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Valls, l'acrobate"

En savoir plus

FOCUS

Italie : à la rencontre des petites mains de "l'or rouge"

En savoir plus

Sports

Chantal Jouanno rejette l'idée d'un retrait de la candidature d'Annecy aux JO-2018

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/12/2010

À la suite de la démission d'Edgar Grospiron, directeur-général du comité d'organisation de la candidature d'Annecy aux Jeux olympiques de 2018, la ministre des Sports rejette l'idée d'un retrait du projet français.

AFP - Chantal Jouanno, ministre des sports a rejeté catégoriquement toute idée d'un retrait de candidature d'Annecy au JO d'hiver 2018, après la démission de son directeur général, Edgar Grospiron, dans un entretien à Aujourd'hui en France/Le Parisien.

"Un retrait c'est hors de question", a déclaré la ministre. "On doit conduire ce dossier dans la dignité et jusqu'au bout", a-t-elle estimé en soulignant qu'il ne "s'agissait pas d'une mauvaise candidature".

Edgar Grospiron a démissionné dimanche après la décision du Conseil de surveillance de la candidature (CSC) de porter le budget de la candidature française de 18 à 20 millions d'euros.

Mme Jouanno a regretté cette démission. "C'est dommage car c'est un grand champion et une belle figure de proue", a-t-elle dit. "Il a quand même" effectué un travail énorme", a-t-elle estimé.

La candidature d'Annecy "est sans doute, inadaptée dans sa présentation", a estimé la ministre. Mais "retrouver un peu d'authenticité, ne pas confondre olympisme et grandiloquence reste une bonne chose", a-t-elle ajouté.

Le CSC a décidé dimanche de porter le budget de la candidature française de 18 à 20 millions d'euros.

A titre de comparaison, ses concurrentes Munich (Allemagne) et Pyeongchang (Corée du Sud) se livrent un duel entre favorites avec près de deux fois plus de moyens.

Les quelque 100 membres du CIO doivent élire la ville hôte des jeux Olympiques d'hiver 2018 le 6 juillet 2011 à Durban entre Annecy, Pyeongchang et Munich.

Première publication : 14/12/2010

  • JEUX OLYMPIQUES

    Edgar Grospiron jette l'éponge devant le peu de soutiens pour Annecy-2018

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Les JO et la pub, un partenariat toujours gagnant ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)