Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Amériques

Décès de Richard Holbrooke, figure de la diplomatie américaine

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/12/2010

Le diplomate américain Richard Holbrooke est mort lundi soir à l'âge de 69 ans, trois jours après avoir souffert d'une crise cardiaque. Récemment encore, il était l'envoyé spécial des États-Unis en Afghanistan et au Pakistan.

Depuis le 10 décembre 2010, il se trouvait dans un état critique suite à une opération de l’aorte.

Surnommé "le bulldozer" pour son abnégation et sa capacité de persuasion, il s’est illustré en parvenant plusieurs fois au cours de sa carrière à réunir autour de la table des négociations des dirigeants qui refusaient de dialoguer.

Depuis ses débuts dans la diplomatie américaine – il est alors âgé de 21 ans – lors de la guerre du Viêtnam, il a servi chaque administration démocrate américaine avec, point d’orgue de sa carrière, un poste d’ambassadeur des Etats-Unis aux Nations Unies.

Son plus haut fait d’armes remonte à 1995, où il s’est distingué en devant l’un des grands artisans des accords de Dayton qui ont mis fin à la guerre en Bosnie.

Richard Holbrooke, artisan des accords de Dayton

En charge de l’"Af-Pak" pour Barack Obama

En 2008, c’est à lui que Barack Obama a confié la tâche de représenter la diplomatie américaine en Afghanistan.

En bon connaisseur de la situation dans la région, il convainc le président américain que le problème afghan ne peut être résolu en laissant de côté le Pakistan. Il devient alors officiellement envoyé spécial des États-Unis pour l’"Af-Pak" (l’Afghanistan et le Pakistan).

Nombreux ont été les témoignages d’estime que lui ont manifestés ses compatriotes tout au long de sa carrière. Un mot venant d’un autre géant de la diplomatie américaine, l’ancien secrétaire d’État Henry Kissinger, est resté célèbre :

"Si Richard vous appelle et vous demande quelques chose, dîtes oui. Si vous dîtes non, vous finirez quand même par dire oui au terme d’un cheminement très douloureux."

Diplomate, mais jamais secrétaire d’État

Né à New York en 1941 d’une mère allemande et d’un père russe, il se destine tout d’abord au journalisme, jusqu’à ce qu’un patron du New York Times refuse de l’embaucher.

Il embrasse alors une carrière diplomatique tout en gardant une affection particulière pour les journalistes. "Il aimait les reporters", confiait récemment le diplomate américain à la retraite Frank Wisner au magazine le New-Yorker. "il savait d’instinct les informations qu’ils pouvait leur donner, celles qui devaient rester secrètes et celles qui pouvaient faire avancer ses dossiers".

Malgré une carrière remarquable, il n’est jamais devenu secrétaire d’État. Son nom a beaucoup circulé après l’élection de Barack Obama, mais c’est finalement son amie Hillary Clinton qui a obtenu la nomination au poste de chef de la diplomatie.

Parallèlement à sa carrière diplomatique, il a également travaillé dans le monde des affaires. De 1985 à 1993, il a ainsi été l’un des directeurs de la banque Lehman Brothers.

Lorsqu’il a été nommé ambassadeur des États-Unis à l’ONU en 1998, il a été contraint d’attendre le feu vert d’un conseil d’éthique chargé de déterminer si son poste était compatible avec ses activités à Wall Street.

Engagé dans la lutte contre le sida, il avait fait voter en 2000 par le Conseil de sécurité de l’ONU une résolution qui, pour la première fois, considérait la maladie comme un problème sécuritaire mondial.

Première publication : 14/12/2010

  • ROYAUME-UNI

    Les souvenirs d'un militaire britannique en Afghanistan à l'assaut des charts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)