Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton vs. Trump, l'eau et le feu"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"2016 sera une année record pour le tourisme en Grèce"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme en Europe : les gagnants et les perdants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Victoire à la Pyrrhus pour Jérôme Kerviel

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : le Gabon suspendu à la décision de la Cour constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis : la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

Sports

Ils mènent 2-0... et perdent 8-2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/12/2010

Lors d'un match de Coupe d'Angleterre, le club de Droylsden a connu la plus grosse déconvenue de son histoire. Alors qu'ils menaient 2-0 à 30 minutes de la fin du match, ils ont fini par perdre la rencontre 8-2. Résumé en images.

Il y a des jours comme ça où tout part en éclat. Lors du premier tour des phases éliminatoires de la Coupe d'Angleterre (FA Cup), le club de Droylsden (3e division) menait tranquillement 2-0 sur la pelouse de Leyton Orient (3e division). Il a fallu attendre la 89e minute pour voir le club de Londres revenir au score et donner une leçon de football aux Bloods, surnom du club de Droylsden.

En l'espace de 20 minutes, Leyton Orient marque six buts et finit par remporter la rencontre 8-2 dans les prolongations. Le match sera également émaillé de quatre cartons rouge - deux dans chaque camp. Le résumé du match en images. So beautiful !


 

Première publication : 14/12/2010

  • FRANCE

    Verdict ce mardi pour la "révolution par les banques" d'Éric Cantona

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Iniesta, Messi et Xavi en "finale" du Ballon d’Or

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)