Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Sports

Ils mènent 2-0... et perdent 8-2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/12/2010

Lors d'un match de Coupe d'Angleterre, le club de Droylsden a connu la plus grosse déconvenue de son histoire. Alors qu'ils menaient 2-0 à 30 minutes de la fin du match, ils ont fini par perdre la rencontre 8-2. Résumé en images.

Il y a des jours comme ça où tout part en éclat. Lors du premier tour des phases éliminatoires de la Coupe d'Angleterre (FA Cup), le club de Droylsden (3e division) menait tranquillement 2-0 sur la pelouse de Leyton Orient (3e division). Il a fallu attendre la 89e minute pour voir le club de Londres revenir au score et donner une leçon de football aux Bloods, surnom du club de Droylsden.

En l'espace de 20 minutes, Leyton Orient marque six buts et finit par remporter la rencontre 8-2 dans les prolongations. Le match sera également émaillé de quatre cartons rouge - deux dans chaque camp. Le résumé du match en images. So beautiful !


 

Première publication : 14/12/2010

  • FRANCE

    Verdict ce mardi pour la "révolution par les banques" d'Éric Cantona

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Iniesta, Messi et Xavi en "finale" du Ballon d’Or

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)