Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Je n'imagine pas que j'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Quatre Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Moyen-orient

Le limogeage du chef de la diplomatie en dit long sur les luttes de pouvoir à Téhéran

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 14/12/2010

Téhéran n’a toujours pas motivé le limogeage surprise du chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki. Un évènement, qui selon les observateurs, serait symptomatique des luttes politiques au sommet de l'Etat.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a appris son limogeage lundi, au Sénégal, alors qu'il était en voyage officiel. Au lendemain de cette décision prise par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, aucune explication n’a encore été fournie par le pouvoir. Le chef du programme nucléaire iranien, Ali Akbar Salehi, a été nommé provisoirement à ce poste clé du régime.

Derrière un limogeage inattendu, la présidentielle de 2013

Surprenant si l'on considère la manière abrupte avec laquelle il a été annoncé, ce limogeage express n’a pas pour autant pas étonné les observateurs de la scène politique iranienne. "La mésentente entre Ahmadinejad et Mottaki est assez ancienne, de part leur appartenance à des courants conservateurs différents. Le limogeage de ce dernier s’inscrit dans le cadre d’un bras de fer politique en vue de la présidentielle de 2013", explique à France24.com, Bernard Hourcade, directeur de recherches au CNRS et spécialiste de l’Iran.



Partisan de la ligne dure du régime islamique iranien, Mottaki avait été nommé ministre des Affaires étrangères en août 2005. Il est réputé très proche du président du Parlement Ali Larijani, principal opposant d’Ahmadinejad et probable candidat à la présidentielle de 2013. "Le président iranien cherche à assoir sa légitimité personnelle, moins prestigieuse que celle du clan Larijani, composé d'idéologues conservateurs comme Mottaki", résume Bernard Hourcade.

Pour plusieurs journaux iraniens, l’éviction de Mottaki serait la conséquence d'un conflit larvé, créé par la décision de la présidence de confier à une poignée de proches conseillers certaines missions diplomatiques sensibles. Une sorte de "diplomatie parallèle mise au point pour isoler Mottaki et affaiblir le camp Larijani", précise Bernard Hourcade.

Salehi, un modéré apprécié par l’Occident


Le timing de cet évènement n’est toutefois pas anodin. Il intervient alors que Téhéran et la communauté internationale ont repris, la semaine dernière, les discussions autour du programme nucléaire iranien, après une interruption de 14 mois. Un deuxième round de négociations est prévu fin janvier à Istanbul. Officiellement, l'Iran a assuré mardi que ce remaniement gouvernemental n'affecterait pas le dialogue sur ce dossier controversé et a rappelé que le ministère ne faisait qu'appliquer la politique du président.

Contrairement à Mottaki, qui est intransigeant sur le dossier nucléaire pour des raisons idéologiques, "Ahmadinejad aime se présenter comme l’homme qui négocie, que ce soit à Vienne, à Genève ou encore avec les Brésiliens et les Turcs", explique Bernard Hourcade. En nommant aux Affaires étrangères Salehi, un négociateur modéré très apprécié des Occidentaux, "le président iranien cherche à obtenir à un accord sur le nucléaire, qui serait acceptable pour les Iraniens et qu'il présentera alors comme une victoire personnelle", conclut l’analyste.

Diplômé du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) - avant la révolution islamique de 1979 - Salehi dirigeait jusqu’à présent l’Organisation iranienne à l’énergie atomique (OEAI). Cet ancien ambassadeur auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), avait notamment signé en décembre 2003 le protocole additionnel par lequel Téhéran acceptait un contrôle renforcé de ses activités nucléaires par l'AIEA. Un protocole salué à l’époque par la Communauté internationale mais révoqué par le régime, peu après l’élection d’Ahmadinejad en 2005.
 

Première publication : 14/12/2010

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'Iran et le groupe des Six reprennent langue dans un climat tendu

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran démarre sa première centrale nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)