Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Coup d'état au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Violences au Burkina Faso : vers un nouveau coup d'état ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

Sports

Le président de la Fifa Joseph Blatter se met la communauté gay à dos

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 15/12/2010

Lors d’une conférence à Johannesburg, Joseph S. Blatter, président de la Fifa, a répondu sans nuance à la question de la pénalisation de l’homosexualité au Qatar où sera organisé le Mondial-2022. Des associations crient au scandale.

"Au Mondial du Qatar, les gays feraient mieux de se passer de sexe." Ce qui devait être une blague potache de Sepp Blatter, président de la Fifa, en réponse à la question de la pénalisation de l’homosexualité au Qatar, où se tiendra le Mondial-2022, a créé une levée de boucliers dès le lendemain, soit un jour après l’annonce, parmi les associations de lutte contre l’homophobie dans le sport.

Suite à cette plaisanterie de mauvais goût, prononcée lors d’un sommet sur les retombées économiques du Mondial en Afrique du Sud, où l’homophobie reste un problème social majeur, Blatter s’était repris en vantant l’ouverture qui doit prévaloir dans le sport : "il ne devrait y avoir aucune discrimination pour aucun être humain". Mais cela n’a pas suffit à endiguer la vague de protestation de la part de la communauté gay et lesbienne qui crie à l’homophobie.

Sepp Blatter s'explique en conférence de presse à Johannesburg sur l'homosexualité au Qatar

Blatter tells gays - 'No sex in Qatar 2022'
envoyé par itnnews. - L'info internationale vidéo.



"Ignorance archaïque, néandertalienne"

L’association britannique "Gay Football Supporters Network" avait déjà attiré l’attention dès le 6 décembre dernier sur la décision de la Fifa de choisir le Qatar, où l’homosexualité est un crime passible de cinq ans de prison. La déclaration de Blatter n’est donc pas passée inaperçue par l’association qui milite pour le respect des droits des homosexuels dans le football.

"Nombre de LGBT (lesbiennes, gays, bi et transexuels, ndlr) vivent dans des pays où ils risquent des exécutions ou la prison. Ces personnes méritent notre aide, notre respect et notre soutien. Comme nous, ils ne méritent pas d’être moqués. M. Blatter doit retirer sa remarque et s’excuser immédiatement," a déclaré Chris Basiurski, président de l’association, dans un message posté sur le site du GFSN.

Plus tôt, le Britannique John Amaechi, ancien basketteur en NBA, qui avait fait son coming-out en 2007, a fustigé lui aussi sur son blog "l'ignorance archaïque, néandertalienne" du dirigeant de la Fifa. "Il serait totalement inacceptable qu'il ne revienne pas sur sa position", a insisté M. Amaechi.

Pas de précisions à apporter selon la Fifa

Sur le réseau social Twitter, plusieurs internautes ont fait part de leur mécontentements. "Nous avons besoin d’actions plus fortes contre l’homophobie dans le foot – à commencer par le retrait de Blatter”, signe Richard Caulfield. "Sepp Blatter pense que le fait que le Qatar promeut la haine est amusant," commente Andrew James. Ou encore : "les commentaires de Sepp Blatter ne pouvaient pas être plus insensibles et inappropriés. Une excuse officielle doit être prononcée," écrit Gianni sur son mur.

Selon la BBC, la Fifa ne compte pas faire de commentaire supplémentaire, estimant que M. Blatter avait apporté toutes les clarifications nécessaires lors de la conférence de presse. Du côté du Qatar, aucun membre du comité d’organisation n’est actuellement joignable pour répondre à nos questions. Le pays a 11 ans pour changer ses lois et redorer son blason vis-à-vis de la communauté LGBT. Mais le Qatar n'a pris aucun engagement en la matière. 

Première publication : 15/12/2010

  • FOOTBALL

    Le Golfe nouveau pivot de la planète foot

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    La Russie et le Qatar organiseront les Coupes du monde 2018 et 2022

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)