Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un rapport sur la stratégie américaine dresse un bilan nuancé

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/12/2010

L'élan des Taliban en Afghanistan a été stoppé dans presque toutes les régions, mais les progrès restent "fragiles", relève un rapport sur la stratégie américaine dans ce pays remis, jeudi, au président Obama, à sa demande.

AFP - Les Etats-Unis et leurs alliés parviennent à maîtriser les Taliban presque partout en Afghanistan, mais ces progrès restent "fragiles et précaires", selon un rapport remis jeudi au président Barack Obama effectuant le bilan d'un an de nouvelle stratégie américaine dans la région.

Ce rapport, dont une version expurgée et abrégée a été communiquée à la presse par la Maison Blanche, met en avant des succès militaires dans les fiefs talibans des provinces méridionales de Kandahar et du Helmand, et se félicite d'un renforcement des forces afghanes de sécurité.

Il observe que "la dynamique que les Taliban avaient acquise ces dernières années a été stoppée dans une grande partie du pays et repoussée dans certains secteurs clé", mais aussi que "ces progrès restent fragiles et précaires".

Très attendu, ce texte avait été commandé par M. Obama à son équipe de sécurité nationale en décembre 2009, lorsqu'il avait annoncé qu'il portait le contingent américain en Afghanistan à 100.000 hommes, soit le triple du nombre de soldats se trouvant dans ce pays lorsqu'il avait pris ses fonctions début 2009.

M. Obama avait assorti cette décision d'une date de début de retrait dès juillet 2011. Alors que l'année 2010 a de loin été la plus meurtrière pour les troupes étrangères dans le pays, le rapport ne bouleverse pas cette stratégie.

"Notre stratégie en Afghanistan est en train de mettre en place les conditions nécessaires au début d'une réduction responsable des forces américaines en juillet 2011", selon ce document qui évoque aussi la date de 2014, entérinée par l'Otan lors de son sommet à Lisbonne il y a un mois, pour une "transition complète" de la responsabilité de la sécurité aux forces afghanes.

Revenant sur les origines du conflit, le texte affirme aussi que "la direction d'Al-Qaïda au Pakistan est plus faible et soumise à des pressions plus constantes que jamais depuis qu'elle a fui l'Afghanistan en 2001" lors de l'invasion de ce dernier pays par les Etats-Unis et leurs alliés.

Les auteurs du rapport se gardent toutefois de conclure à la neutralisation des chefs d'Al-Qaïda, dont Oussama ben Laden et Ayman Al-Zawahiri, toujours insaisissables neuf ans après les attaques du 11-Septembre, et soulignent que la capacité de la nébuleuse extrémiste à organiser des attentats a été "réduite" mais pas "stoppée".

"Des complots terroristes continuent à être montés contre les Etats-Unis, nos alliés et nos partenaires", juge ce rapport, en estimant que "la défaite stratégique finale d'Al-Qaïda sera accomplie en supprimant ses sanctuaires dans la région et en éliminant ce qui reste de ses cadres dirigeants".

Dans cette optique, l'appui des autorités pakistanaises se révélera déterminant, selon ce document qui constate que "les progrès dans notre relation avec le Pakistan lors de l'année écoulée ont été substantiels mais aussi inégaux".

Parmi les "ajustements" nécessaires selon les auteurs, figure "une meilleure coopération avec le Pakistan le long de la frontière avec l'Afghanistan pour empêcher aux extrémistes de se retrouver en sûreté".

Le texte reste en revanche remarquablement silencieux sur les tensions qui ont émaillé les relations entre les Etats-Unis et les dirigeants afghans lors de l'année écoulée. Des câbles révélés par WikiLeaks ces dernières semaines ont montré la méfiance de diplomates américains vis-à-vis du président Hamid Karzaï, entre accusations de corruption et de paranoïa.

M. Obama, qui a appelé son homologue afghan au téléphone avant la publication du rapport, selon Kaboul, devait s'exprimer en fin de matinée à la Maison Blanche, où la secrétaire d'Etat Hillary Clinton et le secrétaire à la Défense Robert Gates devaient ensuite participer à une conférence de presse.

 

Première publication : 16/12/2010

  • AFGHANISTAN

    Des experts adressent une lettre ouverte à Obama pour demander la fin des combats

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Au moins six soldats de l'Otan tués lors d'une attaque rebelle

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)