Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

Asie - pacifique

Barack Obama satisfait des progrès contre les Taliban

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/12/2010

Le président américain a déclaré, ce jeudi, à la Maison Blanche, être "dans les clous" par rapport à ses objectifs en Afghanistan. Le rapport stratégique qui lui a été remis aujourd'hui parle de progrès "fragiles et précaires".

AFP - Les Etats-Unis et leurs alliés parviennent à contrer les Taliban en Afghanistan et contenir les chefs d'Al-Qaïda au Pakistan, mais ces progrès restent fragiles, selon un rapport remis jeudi au président Barack Obama effectuant le bilan d'un an de stratégie dans la région.

M. Obama a reconnu face à la presse que le conflit en Afghanistan restait une entreprise "très difficile", mais que les Etats-Unis étaient "dans les clous" pour parvenir à leurs objectifs et entamer un retrait à partir de juillet 2011, date que ce rapport très attendu ne remet pas en cause.

Ce document confidentiel, dont une version abrégée a été publiée par la Maison Blanche, observe que "la dynamique que les talibans avaient acquise ces dernières années a été stoppée dans une grande partie du pays et repoussée dans certains secteurs clé", mais aussi que "ces progrès restent fragiles et précaires".

Le rapport avait été commandé par M. Obama à son équipe de sécurité nationale en décembre 2009, lorsque le président avait annoncé qu'il portait le contingent américain en Afghanistan à 100.000 hommes, soit le triple du nombre de soldats se trouvant dans ce pays lorsqu'il avait pris ses fonctions début 2009.

"Notre stratégie en Afghanistan est en train de mettre en place les conditions nécessaires au début d'une réduction responsable des forces américaines en juillet 2011", selon ce document qui évoque aussi la date de 2014, entérinée par l'Otan, pour une "transition complète" de la responsabilité de la sécurité aux forces afghanes.

Mais l'ampleur du retrait promis pour 2011 reste la grande inconnue.

"Le président (Obama) a été clair: ce sera en fonction des conditions sur le terrain. Quant au rythme (du retrait, ndlr) au-delà de juillet 2011, la réponse est que nous ne le savons pas à ce stade", a reconnu le secrétaire à la Défense Robert Gates lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche au côté de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

Revenant sur les origines du conflit, le rapport affirme que "la direction d'Al-Qaïda au Pakistan est plus faible et soumise à des pressions plus constantes que jamais depuis qu'elle a fui l'Afghanistan en 2001" lors de l'invasion du pays par les Etats-Unis et leurs alliés.

"Cela prendra du temps de vaincre Al-Qaïda", a indiqué M. Obama, en notant que la nébuleuse islamiste "reste un ennemi sans scrupules et résistant, déterminé à attaquer notre pays". Mais le président a aussi estimé qu'Al-Qaïda "se terre" dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan.

Eliminer ces sanctuaires va nécessiter davantage d'efforts des autorités pakistanaises, a remarqué M. Obama, en saluant les offensives déjà lancées par Islamabad.

"Toutefois, les progrès n'ont pas été assez rapides, donc nous allons continuer à insister auprès des dirigeants pakistanais pour qu'ils s'occupent des repaires de terroristes au sein de leurs frontières", a-t-il indiqué.

Le résumé du rapport divulgué jeudi reste silencieux sur les tensions qui ont émaillé les relations entre les Etats-Unis et les dirigeants afghans lors de l'année écoulée.

Deux rapports des services de renseignement américains publiés cette semaine par le New York Times et le Los Angeles Times sont en outre bien plus pessimistes que le document diffusé jeudi par la Maison Blanche.

Mme Clinton a toutefois nié que ce rapport tente de présenter la situation sur le terrain sous un jour indûment favorable. "Je ne pense pas que vous trouviez (des responsables convaincus) d'un scénario idyllique" dans l'administration américaine, a affirmé Mme Clinton, en assurant que ce rapport était "sans concession" et "réaliste".

Première publication : 16/12/2010

  • AFGHANISTAN

    Un rapport sur la stratégie américaine dresse un bilan nuancé

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Des experts adressent une lettre ouverte à Obama pour demander la fin des combats

    En savoir plus

  • Général Jean-François Hogard, commandant des forces françaises en Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)