Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

Sports

L’Argentine face à l'exode de ses jeunes talents

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 16/12/2010

Le pays de Maradona et de Lionel Messi est devenu le premier exportateur de joueurs de football au monde devant le Brésil. Un exode record qui en inquiète certains.

Pour la première fois, l’Argentine a dépassé son éternel rival brésilien en tant que premier exportateur mondial de joueurs de football. En 2009 et 2010, près de 1 800 joueurs argentins ont ainsi été transférés dans des clubs étrangers dont la plupart en Europe, contre 1 440 Brésiliens.

"La réalité actuelle, c'est qu'un joueur est un actif majeur qui rapporte plus de revenus que les droits TV, la vente de billets, le marchandisage ou les produits dérivés", explique Gerardo Molina, membre de l’agence Euroamericas Sports Marketing, qui a mené cette enquête. "En d'autres termes, les joueurs sont la principale source de revenus pour les clubs d'Argentine et du Brésil."

Des départs dès l'âge de 15 ans

En 2009, la majorité des clubs argentins sont au bord de la faillite. La présidente Cristina Kirchner prend alors la décision de nationaliser les droits de retransmission pour augmenter les revenus publicitaires et aider les clubs qui ne peuvent plus payer les salaires des joueurs. "Ceci explique la hâte avec laquelle ils recherchent des joueurs qu'ils pourront revendre à l'intersaison pour rembourser leurs dettes," argumente Molina.

L’Argentine est également dotée d’un système de vente de joueurs singulier. Contrairement au Brésil, les clubs ne sont pas les seuls acteurs du marché : les écoles de football sont également habilitées à vendre leurs jeunes joueurs sans passer par des agents. En cinq ans, les transferts de footballeurs argentins vers des clubs européens ont explosé, progressant de près de 800%. Et l'âge des joueurs transférés baisse de manière impressionnante, certains Argentins quittant leur pays dès l'âge de 15-16 ans.

L'Albiceleste pénalisée sur le long terme

"En Turquie, en Russie, en Ukraine, en Roumanie, en Grèce aussi, un paquet de clubs a acheté des joueurs parce qu'ils en ont la puissance économique, et les joueurs ont accepté, prenant au passage beaucoup d'argent tout en sachant que sur le plan sportif, ce n'était sans doute pas la meilleure chose à faire pour leur carrière", commente Adrian Domenech, ancien joueur chargé des équipes de jeunes de l’équipe des Argentinos Juniors.

Le constat est qu’aujourd’hui, les clubs du championnat argentins font de plus en plus appel à des joueurs âgés pour combler cet exode de jeunes talents vers des championnats mineurs. À terme cela pourrait pénaliser leur niveau de jeu et celui de  la sélection albiceleste toujours sans titre depuis la Copa America en 1993.

Première publication : 16/12/2010

COMMENTAIRE(S)