Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

SCIENCES

Le roi Henri IV retrouve sa tête quatre siècles après sa mort

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/12/2010

Des chercheurs ont authentifié la relique royale, dont les historiens avaient perdu la trace depuis plus de 50 ans. Le crâne du "bon roi" devrait maintenant rejoindre le reste de sa dépouille à la basilique Saint-Denis.

 

C’est une découverte qui réjouira tous les passionnés d’histoire. La tête du roi Henri IV, qui avait disparu depuis près d’un demi-siècle, a été retrouvée dans l’Ouest de la France et authentifiée par une équipe de scientifiques et d’historiens français, sous l’égide du médecin légiste Philippe Charlier.
 
Leurs conclusions ont été publiées mercredi par le "British Medical Journal". Sur son crâne, "en très bon état de conservation", souligne l’étude, apparaît nettement la trace d'une barbe et d'une moustache aux poils roux et blancs mêlés, caractéristiques du Vert Galant.
 
Cicatrice à la lèvre supérieure droite dûe à l'attentat manqué de Jean Chastel en 1594. (Cliché : Dr.Charlier)
La relique porte d’autres signes distinctifs: "une petite tache sombre de 11 mm de long juste au-dessus de la narine droite, un trou attestant du port d'une boucle d'oreille dans le lobe droit, comme c'était la mode à la cour des Valois, et une lésion osseuse au-dessus de la lèvre supérieure gauche, trace d'une estafilade faite au roi par Jean Châtel lors d'une tentative de meurtre le 27 décembre 1594", notent les scientifiques.
 
Un embaumement royal
 
De plus, le crâne se fond parfaitement dans le moulage au grand front et au gros nez réalisé peu après la mort du roi et conservé, depuis, à Paris.
 
Superposition des reliefs crâniens. (Clichés : Dr Charlier et Huynh-Charlier)
Les scientifiques n’ont pas pu s’appuyer sur la génétique pour authentifier le crâne, la vétusté de celui-ci rendant inexploitable l’ADN. En revanche, la datation au carbone 14 a établi que l’individu était mort entre 1450 et 1650.
 
Autre élément de preuve : le mode d’embaumement du corps, dite à "l’italienne". Pratiquée en déposant notamment du charbon sur la chair, ce type de momification était réservé aux souverains français.
 
L’authentification de cette relique est d’autant plus exceptionnelle que personne ne savait où se trouvait le crâne du Béarnais avant qu’il arrive sur les paillasses des scientifiques. Au cours des deux derniers siècles, celui-ci est, en effet, passé de mains en mains, émergeant puis disparaissant successivement de la circulation.
 
Ouverture du cercueil d’Henri IV lors de profanations de la Basilique de Saint-Denis en 1793. (Source : Réunion des musées nationaux).
Le corps d’Henri IV, assassiné en 1610 par le fanatique religieux Ravaillac, est dépourvu de son chef depuis la Révolution française. La responsabilité en revient à la Convention qui avait autorisé, en 1793, les révolutionnaires à profaner les tombes des rois enterrés à la basilique Saint-Denis, près de Paris.
 
Perdu dans les méandres de l’Histoire
 
Au milieu du XIXe siècle, on retrouve la trace du crâne, qui figure dans la collection privée d'un comte allemand, puis la tête disparaît à nouveau. En 1919, le brocanteur de Montmartre Joseph-Emile Bourdais achète, pour 3 francs, une tête embaumée, lors d'une vente aux enchères à l'Hôtel Drouot. L’antiquaire, troublé par la ressemblance de celle-ci avec le visage d’Henri IV, passe sa vie à essayer de confirmer son intuition. Il meurt en 1947 avant de pouvoir prouver son hypothèse.
 
Sa sœur reçoit la relique en héritage mais elle meurt quelques années plus tard. À partir de ce moment, le crâne disparaît une fois de plus… Jusqu’à ce jour de 2008 où les journalistes Stéphane Gabet et Pierre Belet le retrouvent chez un retraité de l’Ouest de la France, dans un coffret, emballé dans du linge.
 
Travaux de superpositions faciales réalisés par Joseph Bourdais dans les années 1930.
À l’issue de ce parcours, des légistes, des historiens, des paléopathologues (spécialistes des pathologies d'autrefois) associent leurs compétences pour réaliser le rêve de Bourdais et identifient formellement la tête comme étant celle d’Henri IV. 
 
Selon l'étude publiée dans le "British Medical Journal", une "cérémonie de funérailles officielles" pour réunir la tête et le corps d'Henri IV, devrait bientôt être organisée à la basilique Saint-Denis, nécropole des rois de France.
 
"Pour l'instant, rien n'est prévu, tempère Patrick Monod, administrateur de la basilique, mais il ne serait pas anormal que ce crâne revienne ici d'une manière ou d'une autre". Les descendants du roi, la famille Bourbon, y est en tous cas favorable. Pour que le roi puisse enfin entièrement reposer en paix, 400 ans après son décès.

 

Première publication : 16/12/2010

  • L’incroyable histoire de la tête d’Henri IV (Le Figaro)

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)