Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang menace Séoul de nouveaux bombardements

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/12/2010

La Corée du Nord a prévenu qu'elle frapperait à nouveau la Corée du Sud si Séoul effectue comme annoncé des manœuvres militaires à tirs réels sur Yeonpyeong, une île du Sud qui a été bombardée par Pyongyang le 23 novembre.

AFP - La Corée du Nord a menacé vendredi de riposter si la Corée du Sud mène des exercices d'artillerie à tirs réels sur une île du Sud bombardée par le Nord tandis que le ballet diplomatique se poursuit afin de tenter d'apaiser les tensions.
              
"Une deuxième et une troisième frappe d'auto-défense, imprévisibles, seront

déclenchées" si le Sud mène ses exercices à tirs réels, a mis en garde l'armée nord-coréenne, après une première frappe menée le 23 novembre contre l'île sud-coréenne de Yeonpyeong.
              
"L'intensité et la portée des frappes seront plus grandes que le 23 novembre", date du bombardement sur l'île située en mer Jaune dans une zone frontalière disputée, a ajouté l'armée nord-coréenne dans un communiqué diffusé par KCNA, précisant que ce message avait été transmis vendredi à Séoul.
              
L'armée sud-coréenne a annoncé jeudi qu'elle allait mener entre samedi et mardi, en fonction notamment des conditions météorologiques, des exercices d'artillerie à tirs réels sur l'île de Yeonpyeong.
              
Il s'agira des premiers exercices menés sur l'île depuis les tirs d'artillerie nord-coréens qui avait fait 4 morts et 18 blessés et provoqué un tollé international.
              
Ces tirs d'obus nord-coréens étaient intervenus en réponse à des exercices de tirs menés par Séoul sur cette île située dans une zone revendiquée par Pyongyang.
              
L'armée sud-coréenne n'a pas réagi aux nouvelles menaces du Nord, mais le ministère de la Défense a laissé entendre que les exercices se dérouleraient comme prévu: "Nous n'avons pas à réagir à la moindre menace et à des déclarations déraisonnables".
              
Pyongyang a également mis en garde vendredi, comme souvent, contre un risque de conflit nucléaire en cas de nouvelle guerre entre les deux Corées, selon le site internet officiel nord-coréen Uriminzokkiri: "En raison de l'attitude belliqueuse et irresponsable de la Corée du Sud, la question n'est pas savoir s'il y aura la paix ou la guerre dans la péninsule coréenne, mais quand la guerre va éclater".
              
"Si une guerre éclate, cela conduira à un conflit nucléaire qui ne se limitera pas à la péninsule coréenne", met en garde le Nord.
              
Au même moment, les efforts diplomatiques se poursuivent.
              
Une délégation américaine de haut niveau a eu à Pékin des discussions

"utiles" avec les responsables de la diplomatie chinoise sur les tensions dans la péninsule coréenne, selon l'ambassade des Etats-Unis en Chine.
              
Le secrétaire d'Etat adjoint James Steinberg a achevé vendredi une mission de trois jours en Chine, où a transité un autre émissaire américain, Bill Richardson, parti jeudi à Pyongyang.
              
A la suite de l'annonce des exercices à tirs réels sud-coréens, les Etats-Unis ont indiqué jeudi redouter une possible "réaction en chaîne" entre Pyongyang et Séoul. "Ce qui nous inquiète manifestement est que si cela est mal compris ou si la Corée du Nord y voit une opportunité d'en tirer bénéfice et réplique à ces tirs, cela peut potentiellement entraîner une réaction en chaîne", selon le chef adjoint de l'état-major américain, le général James Cartwright.
              
L'île de Yeonpyeong se trouve juste au sud de la frontière entre les deux Corées établie par l'ONU au sortir de la guerre de Corée (1950-53). Le Nord n'a jamais reconnu cette limite frontalière et estime que les eaux autour de Yeonpyeong font partie de ses eaux territoriales.
              
Jeudi, l'armée sud-coréenne a jugé utile de préciser, que comme lors des précédents excercices, elle ne tirerait pas en direction du Nord.
              
"La zone qu'ils (le Sud) ont choisie pour effectuer les exercices sur l'île de Yeonpyeong est notre territoire maritime et personne ne peut y toucher", a affirmé l'armée nord-coréenne.

 

Première publication : 17/12/2010

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    L'armée sud-coréenne procède à de nouvelles manoeuvres militaires

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Séoul qualifie d'"inhumains" les tirs d'artillerie et veut faire "payer" Pyongyang

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    La tension reste vive malgré les efforts diplomatiques de la Chine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)