Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Sports

Soupçons sur le championnat de football écossais

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 17/12/2010

L’expulsion d’un joueur du club écossais Heart of Midlothian a affolé les compteurs des bookmakers de la City à Londres. Un mois avant, un penalty accordé au même club avait déjà éveillé les soupçons. Tricherie ou pure coïncidence ?

Un joueur qui hérite d’un carton rouge pour insulte à l’arbitre. Un penalty accordé suite à un tacle dangereux dans la surface de réparation. Jusqu’ici rien d’anormal si ce n’est que les bookmakers de Londres ont décelé des anomalies durant ces deux rencontres de championnat écossais (SPL), dont le dénominateur commun est le club Heart of Midlothian basé à Edimbourg.

Des mouvements d’argent suspects dans la ville de l’ancien club du joueur expulsé

Lors de la 15e journée de SPL, Heart of Midlothian se déplace à Motherwell et remporte le match 2-1. La seule ombre au tableau est l’expulsion de Steve Jennings pour insulte à l’arbitre. Des internautes postent alors sur Twitter quelques messages de suspicion : il semble que le joueur ait forcé son expulsion en mettant une main sur l’arbitre. En y regardant de plus près, il semble que ces soupçons soient bien fondés.

Les parieurs de la City se sont aperçus que le pari pour "un carton rouge écopé" était côté à 500 £ à 10/1 sur ce match, bien au dessus des 5 à 10 £ habituels. L’Association des bookmakers britanniques (ABB) a alors signalé des mouvements d’argent suspects sur de nouveaux comptes ouverts dans la région de Liverpool à Tranmere, là où Jennings a joué entre 2003 et 2009. Suite à ces faits, la ligue écossaise a décidé de lancer une enquête sur le joueur qui nie, pour le moment, avoir cherché à se faire expulser.

Un penalty et des questions

Scott Ferguson, ancien consultant pour la société de paris Betfair et aujourd’hui bookmaker à son compte à la City, est persuadé que ce fait relève de la tricherie. "Ce n’est pas la première fois que Hearts est impliqué dans ce genre d’histoire," explique-t-il. "Le mois dernier, le club a battu Saint-Johnstone 2-0. Rien d’étonnant à cela mais c’est le premier but qui pose problème."

À la 64e minute, Kevin Kyle ouvre le score sur penalty après une faute du défenseur Jamie Adams. Il s’avère que les deux joueurs sont beaux-frères depuis peu. Pure coïncidence ? Scott Ferguson, lui, n’y croit pas et s’appuie sur la cote étrange du résultat pour affirmer que le match aurait pu être truqué. "La rencontre n’était pas retransmise à la télévision anglaise. Donc seuls les bookmakers asiatiques, beaucoup moins contrôlés et plus suspects aussi, auraient pu parier dessus. Il s’avère que la cote d’un match nul était anormalement basse durant tout le match alors qu’il a fallu attendre la 64e minute pour voir un but. Ils savaient donc que le match était gagné d’avance", pointe Ferguson en accusant à demi-mot le principal actionnaire du club écossais, Vladimir Romanov.

35 millions de livres de dette

Depuis 2005, ce magnat russe est l'actionnaire majoritaire de Heart of Midlothian. L’homme détient un passeport lituanien et a construit sa fortune dans le monde bancaire. Lorsqu’il arrive en Écosse, il éponge les dettes du club mais peine à redresser les résultats sportifs de l’équipe qui évolue dans l’ombre des deux équipes de Glasgow (Rangers et Celtic).

Aujourd’hui, le club croule toujours sous une dette de 35 millions de livres. "Il est possible que le club s’achète une entrée en Ligue Europa ou qu’ils essaient d’augmenter la valeur du club pour le vendre. Il est également possible que quelqu’un (joueur, entraîneur ou dirigeant) truque certaines phases de jeu, sans obligatoirement fausser l’issue du match, pour s’assurer quelques revenus", conclut le bookmaker qui ne se fait pas d’illusions sur le zèle que déploieront les institutions pour résoudre le problème.

Première publication : 17/12/2010

COMMENTAIRE(S)