Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

Afrique

Robert Mugabe ne veut plus partager le pouvoir avec Morgan Tsvangirai

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/12/2010

Le président zimbabwéen affirme, ce vendredi, ne plus vouloir partager le pouvoir avec Morgan Tsvangirai, son Premier ministre issu de l'opposition nommé en février 2009. Il souhaite la tenue d'élections anticipées en 2011.

AFP - Le président zimbabwéen Robert Mugabe a déclaré vendredi ne plus vouloir du partage du pouvoir avec l'ex-opposition et menacé de saisir des sociétés étrangères si les sanctions européennes et américaines contre lui et son entourage n'étaient pas levées.

"On ne saurait, a-t-il dit à l'ouverture du congrès annuel de son parti, accepter de continuer l'accord politique global", le gouvernement d'union nationale formé en 2009 sous la pression internationale entre M. Mugabe et son rival Morgan Tsvangirai devenu Premier ministre.

"Nous avons accepté de collaborer (...) pour avoir un compromis nous permettant de faire la part des choses, d'établir la paix, la stabilité politique et maintenant certains traînent les pieds", a souligné M. Mugabe qui prônent la tenue d'élection dès 2011 pour mettre fin au gouvernement d'union.

Selon le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) de M. Tsvangirai, la réalité est tout autre: les conditions pour un scrutin "libre et équitable" ne seront pas réunies avant 2012, le temps de mettre en place un processus électoral transparent.

"M. Mugabe et la Zanu-PF ne peuvent gagner des élections libres et équitables au Zimbabwe. Ils le savent. Ils pensent pouvoir faire usage de la force plutôt que des bulletins de vote pour remporter une élection. M. Mugabe et la Zanu-PF sont des perdants et ils le savent", a déclaré à l'AFP le porte-parole du MDC Nelson Chamisa.

Le chef de l'Etat, au pouvoir depuis l'indépendance de cette ancienne colonie britannique en 1980, a également menacé de saisir des entreprises britanniques et américaines si les sanctions en vigueur depuis 2002 à son égard et envers ses proches n'étaient pas levées par l'Union européenne et les Etats-Unis.

"Le temps est venu de nous venger. Une façon d'affirmer notre puissance est d'utiliser la loi d'indigénisation", a estimé M. Mugabe devant plus de 4.000 délégués de l'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF).

"La loi nous donne l'autorité pour saisir. Nous pouvons ordonner de prendre 51% (du capital des entreprises étrangères comme la loi l'autorise, ndlr) et si les sanctions persistent, nous prendrons 100%", a prévenu le chef de l'Etat.

Ce raisonnement est "vide de sens", a rétorqué le MDC. "Nous avons besoin d'investissement pour apporter de la croissance, pour créer des emplois", a précisé M. Chamisa.

Durant cette conférence de deux jours à Mutare (est), la Zanu-PF devrait fixer la date des prochaines élections à 2011 comme le souhaite le président et entériner la candidature du plus vieux leader africain, 86 ans, à sa réélection.

Mais pour le MDC, de nombreux analystes et diplomates occidentaux, précipiter la tenue de ce scrutin risquerait de plonger le pays dans le chaos comme en 2008. La défaite électorale de la Zanu-PF avait alors entraîné un déferlement de violences.

Le président Mugabe et son rival avaient formé leur gouvernement d'union pour sortir de la crise. Selon l'accord de partage du pouvoir, la coalition doit prendre fin avec de nouvelles élections, après l'adoption d'une Constitution.

La date des élections n'est pas le seul point de litige au sein du gouvernement de cohabitation. Le Premier ministre vient ainsi de saisir la justice pour faire annuler la nomination par le président de gouverneurs provinciaux.

"Ce qu'à fait (le partage du pouvoir), c'est de révéler ce que nous connaissions déjà. Maintenant nous savons que cette créature, le MDC, n'a ni politique, ni idéologie, ni philosophie", a lancé M. Mugabe devant son parti.

Première publication : 17/12/2010

  • ZIMBABWE

    Le pays célèbre les 30 ans de son indépendance

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Washington maintient les sanctions contre le régime de Mugabe

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Devant "une situation bloquée", le parti de Tsvangirai demande des élections

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)