Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

Afrique

Omar el-Béchir est accusé de détournements de fonds dans une note publiée par WikiLeaks

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/12/2010

Le président du Soudan, Omar el-Béchir, est mis en cause dans une note diplomatique américaine publiée samedi par WikiLeaks, qui l'accuse d'avoir détourné neuf milliards de dollars issus du pétrole vers des banques britanniques.

AFP - Le président soudanais Omar el-Béchir aurait détourné jusqu'à neuf milliards de dollars (6,79 milliards d'euros) de recettes pétrolières et placé cet argent dans des banques britanniques, selon une note diplomatique américaine révélée samedi par WikiLeaks.

Un responsable soudanais et le groupe bancaire britannique Lloyds Banking Group qui serait impliqué dans cette affaire selon le document diplomatique, ont démenti ces accusations.

Le télégramme, publié par le quotidien partenaire de WikiLeaks, The Guardian, cite le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, qui évalue à neuf milliards de dollars les sommes potentiellement détournées par M. Béchir.

"Ocampo a suggéré que s'il était révélé que Béchir ait caché de l'argent -il a estimé cette somme à possiblement neuf milliards USD-, cela pourrait retourner l'opinion publique soudanaise contre lui. Il passerait alors de croisé à voleur", souligne le câble diplomatique.

Le document assure que Lloyds Banking Group "pourrait détenir l'argent ou savoir où il se trouve".

Mai une porte-parole de Lloyds a formellement démenti. "Nous ne disposons absolument d'aucun élément permettant de suggérer qu'il existe un lien quelconque entre Lloyds Banking Group et M. Béchir. Notre politique est de respecter les lois et réglementations de toutes les juridictions où nous opérons".

A Khartoum, un haut responsable du Parti du congrès national de M. Béchir a aussi démenti ces allégations.

"C'est le type de mensonge d'Ocampo, c'est un menteur. Il n'a aucune preuve. Je peux vous assurer que le président n'a aucun compte bancaire à l'intérieur ou à l'étranger", a déclaré à l'AFP Rabie Abdel Atti.

"Si Ocampo trouve un compte (de M. Béchir) à l'étranger, qu'il garde alors l'argent pour lui", a-t-il ajouté.

Le câble a été rédigé le 24 mars 2009, peu après une rencontre entre de hauts responsables américains, et le procureur de la CPI, et 20 jours après l'émission d'un mandat d'arrêt de la CPI contre le président soudanais.

Omar el-Béchir est depuis le 4 mars 2009 sous le coup d'un mandat d'arrêt de la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour, région de l'ouest du Soudan en proie à la guerre civile. La Cour a ajouté cette année des charges pour génocide.

M. Béchir avait lancé en 2009 une vaste campagne populaire contre la CPI, tiré à boulets rouges sur l'Occident et expulsé 13 ONG internationales oeuvrant au Darfour.

La guerre a fait depuis sept ans 300.000 morts selon les estimations de l'ONU, 10.000 seulement d'après Khartoum, et 2,7 millions de déplacés.

Première publication : 18/12/2010

  • DROITS DE L'HOMME

    Le Kenya enfreint les règles de la CPI pour accueillir le président soudanais

    En savoir plus

  • Tchad : El-Béchir défie la CPI

    En savoir plus

  • SOUDAN

    Le président Omar el-Béchir reconduit à la tête du pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)