Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Juppé n'est pas le Père Noël"

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

Sports

La FFF réforme sa présidence et prolonge l'intérim de Fernand Duchaussoy à sa tête

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/12/2010

Lors de l'assemblée générale de la Fédération française de football à Paris, une réforme de sa gouvernance a été adoptée à une large majorité. Le mandat de Fernand Duchaussoy, président par intérim depuis juillet, a été prolongé.

AFP - L'assemblée générale de la Fédération française de football a adopté samedi la loi-cadre sur la réforme de sa gouvernance qui prévoit notamment l'élection du président au scrutin de liste et un rééquilibrage du poids respectif des professionnels et des amateurs au sein de l'assemblée.

Duchaussoy réélu

Fernand Duchaussoy, président par intérim depuis le 23 juillet, a été réélu à la tête de la FFF samedi lors de son assemblée générale à Paris, avec 79,4% des voix.

Il avait été élu une première fois par le Conseil fédéral en juillet pour assurer l'intérim à la suite de la démission de Jean-Pierre Escalettes, survenue en réaction aux tribulations de l'équipe de France au Mondial-2010 et sa fameuse grève de l'entraînement, le 20 juin à Knysna.

Son nouveau mandat court jusqu'au 18 juin, date de la prochaine assemblée élective.

Le texte a été adopté à 82,7% des voix.

Le point le plus contesté de cet accord est le passage de 25 à 37% du poids des représentants du football professionnel au sein de l'assemblée générale. En échange, la contribution financière versée par le monde professionnel au monde amateur est pérennisée (2,49% des droits audiovisuels et des recettes des paris sportifs) avec un plancher fixé à 14,26 millions d'euros par an.

"Cette loi-cadre n'est pas au service du football professionnel ou du monde amateur. Elle est au service du football et elle est là pour mener à bien une révolution tranquille du football", a assuré Jean-Pierre Louvel, président du syndicat des clubs professionnels (UCPF), lors de la présentation du projet.

Joël Léonard, président de la Ligue d'Aquitaine, a de son côté estimé que ce texte était "une feuille de route pour écrire les textes qui devront être adoptés le 2 avril" lors de la prochaine assemblée fédérale.

Sifflets

Avant le vote, Philip Guyot de Caila, président du district du Pays Minier (Saône-et-Loire) a contesté au nom de plusieurs représentants des amateurs la montée en puissance des "pros" au sein de l'assemblée. "La démocratie, ce n'est pas donner plus de pouvoir aux plus riches", a-t-il déclaré, s'attirant quelques sifflets avant des applaudissements discrets.

"Le foot amateur doit-il rester sur la suffisance de la supériorité arithmétique ? La philosophie a été d'être totalement rénovateurs. Nous avons fait un pari sur l'avenir pour des projets communs", lui a répondu M. Léonard.

Quel est le rôle du Conseil fédéral ?
Les travaux continueront néanmoins, notamment sur cette question du rapport de forces à l'assemblée, et "l'objectif est de livrer à l'équipe en place en 2012-2016, une nouvelle Constitution", a ajouté M. Léonard.

La loi-cadre prévoit par ailleurs l'élection d'un président et d'un comité exécutif resserré (10 membres, plus les présidents de la LFP et de LFA, membres de droit) au scrutin de liste sur la base "un homme, une équipe, un projet". Tout licencié depuis au moins 6 mois peut être candidat.

Rendez-vous le 2 avril

Un système de parrainage des listes est mis en place: chaque liste devra recueillir 10 signatures parmi les membres du Conseil fédéral puis de la Haute Autorité, les présidents de ligues et districts et les présidents de clubs professionnels.

Une Haute Autorité de 18 à 25 membres (dont obligatoirement une licenciée féminine), représentant toutes les composantes du football français, verra également le jour. Cette Haute Autorité disposera d'un pouvoir d'alerte et de contrôle.

Cette réforme en profondeur de la gouvernance de la FFF doit servir à tourner définitivement la page désastreuse du Mondial-2010, marquée, entre autres, par une grève de l'entraînement surréaliste des Bleus le 20 juin à Knysna. Les Etats généraux du football français des 28 et 29 octobre furent la première étape du projet de refonte et de démocratisation du fonctionnement fédéral.

Une fois la loi-cadre votée, la prochaine étape décisive est fixée au 2 avril, date à laquelle une assemblée extraordinaire devra voter les nouveaux statuts.

Première publication : 18/12/2010

  • ÉTATS GÉNÉRAUX DU FOOTBALL

    Accord sur une réforme de gouvernance de la FFF

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le football amateur s'en prend au Conseil fédéral de la FFF

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    À Wembley, les Bleus s'imposent face à une équipe anglaise diminuée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)