Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Première incursion terrestre d’un commando israélien à Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Afrique

El-Béchir annonce qu'en cas de sécession du Sud, la charia sera renforcée au Nord

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/12/2010

Le raïs soudanais, Omar el-Béchir, a annoncé qu'en cas de partition du pays à l'issue du référendum du 9 janvier, la charia - ou loi islamique - serait la "seule source de la Constitution" et l'arabe la seule langue officielle du Nord.

AFP - La charia, ou loi islamique, deviendra "l'unique source de la Constitution" du Soudan "en cas de sécession" du sud du pays à l'issue du référendum de janvier prochain, a déclaré dimanche le président soudanais Omar el-Béchir.
              
"En cas de sécession du Sud-Soudan, nous allons changer la Constitution. Il ne sera plus question de diversité culturelle ou ethnique, la seule source de la Constitution sera la charia et l'arabe sera la seule langue officielle", a affirmé le raïs soudanais lors d'un discours dans l'Etat de Gedaref (est du pays), retransmis à la télévision nationale.
              
Les Sud-Soudanais doivent choisir entre le maintien de l'unité avec le reste du Soudan ou la sécession lors d'un référendum prévu le 9 janvier prochain. Ce scrutin est le point-clé de l'accord de paix ayant mis fin en 2005 à plus de deux décennies de guerre civile sanglante entre le Nord, musulman, et le Sud, en grande partie chrétien.
              
Les analystes pronostiquent un triomphe de l'option indépendantiste.
              
A l'issue de la guerre civile, le parti du Congrès national (NCP) du président Béchir et les ex-rebelles sudistes du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM) avaient promulgué une Constitution intérimaire, valide jusqu'en juillet 2011.
              
Cette Constitution reconnaît le caractère "multiethnique", "multiculturel", et "multi-religieux" de l'Etat soudanais et se fonde à la fois sur la loi islamique (charia) et le "consensus" de la population.
              
Elle fait aussi de l'anglais et de l'arabe les deux langues officielles du plus grand pays d'Afrique, anciennement sous influence britannique et égyptienne.
              
Dans un discours ponctué de nombreuses références religieuses, le raïs soudanais, arrivé au pouvoir en juin 1989 à la faveur d'un coup d'Etat soutenu par les islamistes, a commenté le cas d'une jeune femme fouettée violemment par des policiers et dont les images ont fait le tour du monde via le site YouTube.
              
Le pouvoir judiciaire soudanais a ordonné la semaine dernière l'ouverture d'une enquête sur cette affaire, mais la police a par la suite arrêté une cinquantaine de personnes manifestant leur appui à la victime.
              
Des responsables politiques à Khartoum avaient indiqué que la jeune femme avait été condamnée en vertu de la charia, mais que l'application brutale de la peine n'était pas conforme au droit musulman.
              
"Il y a des personnes qui disent avoir honte de cette sentence. Elles devraient revoir leur interprétation de l'islam parce que la charia a toujours stipulé qu'il faut fouetter, couper (la main NDLR), voire tuer", a affirmé Omar el-Béchir.
              
Différents articles du code pénal soudanais de 1991, imposé deux ans après le coup d'Etat d'Omar el-Béchir, prévoient des coups de fouet contre les comportements jugés "indécents", et même la pendaison dans le cas d'homicides.
              
Plusieurs activistes au Soudan ont tenté de contester au cours des dernières années la constitutionnalité du code criminel soudanais, affirmant qu'il contrevenait à des articles de la Constitution intérimaire.
             
 

Première publication : 19/12/2010

  • RD CONGO

    L'ONU redoute de nouveaux massacres à l'approche de Noël

    En savoir plus

  • SOUDAN

    Les Sud-Soudanais appelés à s'inscrire sur les listes électorales

    En savoir plus

  • SOUDAN

    Tensions à l’approche du référendum sur une partition entre le Nord et le Sud

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)