Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 20/12/2010

La toile américaine célèbre l’abolition de la loi du « don’t ask, don’t tell » dans l’armée

La toile américaine célèbre l’abolition de la loi du « don’t ask, don’t tell » dans l’armée. Aux Etats-Unis, le mouvement No Labels souhaite créer une troisième voie politique. Et des Japonais réinventent la chute libre.

USA : LEVÉE DU TABOU GAY DANS L'ARMÉE

Revisiter les paroles d’une chanson de Noël pour célébrer l’abolition de la loi du « don’t ask, don’t tell » qui interdisait depuis 1993 aux soldats américains d’afficher leur homosexualité. Voici comment ce vidéoblogueur gay a tenu à exprimer sa joie suite à l’abrogation de cette mesure controversée votée samedi par le Congrès des Etats-Unis. Un sentiment qu’ils sont nombreux à partager sur la toile.

Des dizaines de citoyens ont en effet posté des vidéos comme celles-ci sur les sites de partage pour applaudir la décision du Congrès qui met un terme à une politique qualifiée de discriminatoire. Des réactions que cet habitant du New Hampshire répondant au pseudo Tetsubo57 tente lui de modérer. Il explique ainsi que certains membres de l’armée opposés à cette réforme vont sans doute tout faire pour retarder son entrée en vigueur et il estime qu’une année pourrait s’écouler avant l’application effective de la nouvelle loi.

De son côté, Eric Alva, un ancien Marine à la retraite, revient dans cette vidéo sur le long combat qu’il a mené aux côtés des organisations de défense des droits des homosexuels pour remporter cette victoire. Et il salue plus particulièrement le rôle crucial joué par Human Rights Campaign. Il rappelle en effet que cette ONG a mené une large campagne de lobbying auprès des membres du Congrès et a mobilisé des milliers de vétérans opposés au « don’t ask, don’t tell » pour obtenir la levée de cette mesure.

En attendant, Egberto Willies, un informaticien du Texas, espère lui que cette nouvelle loi permettra d’obtenir dans la foulée d’autres avancées pour la communauté homosexuelle comme la possibilité de se marier ou d’adopter des enfants dans tous les Etats du pays.

NO LABELS, FUTUR PARTI CENTRISTE AMÉRICAIN ?

« La politique aux Etats-Unis doit évoluer. Pour cela, il faut mettre de côté les étiquettes démocrates et républicaines afin de désenclaver le système et trouver un consensus politique. » Voici en substance le message qu’adresse à la nation le mouvement No Labels dans cette vidéo. Objectif de cette organisation : créer une troisième voie centriste non partisane qui permettra de sortir le pays de la bipolarisation libérale-conservatrice .

Une initiative qui part d’un constat simple selon le co-fondateur du mouvement, Mark McKinnon, un stratège politique ayant travaillé dans le passé pour les Démocrates et Les Républicains. Il explique en effet qu’une majorité d’Américains en a assez d’assister impuissante à des querelles politiciennes partisanes et attend de ses élus qu’ils s’occupent enfin des problèmes qui concernent l’ensemble du pays comme le déficit public.

Et le mouvement semble d’ores et déjà avoir trouvé une solide base de supporters sur la toile. Ils sont ainsi plus de 31 000 à avoir rejoint le groupe Facebook de l’organisation en à peine quelques jours.

Mais face à cet engouement, certains appellent à la prudence. C’est le cas notamment de Michael Piper, journaliste pour le site AmericanFreePress.net, qui estime que des groupes financiers défendant des intérêts particuliers sont sans doute à l’origine de ce mouvement. Groupes qui espèrent un changement de cap dans la politique américaine mais pour leur seul profit et non pas pour le peuple.

En attendant, pour Justin Krebs, un écrivain new-yorkais, No Labels n’a au final que peu de chance de devenir un jour une véritable force politique dans le pays. Il affirme ainsi que pour réussir, un parti doit être composé de membres partageant les mêmes valeurs, les mêmes idéaux. Or, selon Krebs, ce mouvement n’a pas de réel programme et ses partisans sont loin de former un ensemble cohérent.

CHRONIQUES DE LA VIE DES CHATS

Rentrez dans la peau d’un chat avec ce court-métrage entièrement filmé par des félins. Sponsorisée par une marque d’aliments pour animaux, la vidéo embarque les internautes dans le monde des chats grâce à une petite caméra attachée autour de leur cou. Jeux acrobatiques, exploration en plein air ou moments de contemplation, une manière de découvrir la vie cachée que mènent nos chats quand nous ne sommes pas là.

L’INFORMATIQUE POUR LES PARENTS

Faire un copier-coller, changer son fond d’écran, attacher un fichier à un email, ou même créer un blog. Autant d’opérations expliquées en vidéo sur le site « teach parents tech.org » récemment lancé par Google. Objectif : aider les jeunes férus de nouvelles technologies à donner des cours d’informatique à leurs parents. Une démarche pas totalement désintéressée puisque la plupart de ces tutoriels mettent en avant les services du géant américain.

VIDÉO DU JOUR

Plus besoin de monter dans un avion pour effectuer un saut en parachute ! Ces deux Japonais ont en effet trouvé un moyen sans doute moins coûteux et plus sur pour vivre des sensations fortes : tout simplement en utilisant Google Earth. Les jeunes Nippons se sont en effet suspendus au-dessus d’un écran bleu sur lequel étaient projetées des images trouvées sur le logiciel de cartographie, reproduisant ainsi la vue que l’on pourrait avoir en pleine chute libre.
 

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/12/2014 Réseaux sociaux

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

Au sommaire de cette édition : les internautes indiens affichent leur solidarité avec le Pakistan ; l’acteur Samuel L. Jackson chante contre les violences policières aux...

En savoir plus

17/12/2014 Réseaux sociaux

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

Au sommaire de cette édition : les internautes australiens affichent leur solidarité avec la communauté musulmane; la Toile indienne réagit à l’arrestation d’un partisan de...

En savoir plus

16/12/2014 Réseaux sociaux

La Toile témoigne de la marée noire au Bangladesh

Au sommaire de cette édition : la Toile témoigne de la marée noire au Bangladesh; les fans de Justin Bieber font part de leur émotion après la mort de son chien; et un jeune...

En savoir plus

15/12/2014 Réseaux sociaux

États-Unis : les internautes traquent les faux soldats

Au sommaire de cette édition : aux Etats-Unis, les internautes traquent les faux soldats; une comédienne indienne dénonce le phénomène du harcèlement sexuel; et un éleveur...

En savoir plus

13/12/2014 Réseaux sociaux

L'école à l'ère du numérique

Cours de mathématiques au Collège International de Noisy le Grand, dans la banlieue parisienne. Dans cette classe de 6ème, les exercices sont faits sur ordinateur. Cet...

En savoir plus