Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Afrique

L'ONU témoigne de sa fermeté à l'égard de Laurent Gbagbo

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/12/2010

Les Nations unies rappellent que les casques bleus sont en mesure d'ouvrir le feu pour se défendre ou défendre leur mandat en Côte d'Ivoire. Quelques heures plus tôt, le Conseil de sécurité avait, déjà, prolongé de six mois le mandat de l'Onuci.

REUTERS - Les forces de l'Onu en Côte d'Ivoire ont déjà ouvert le feu en état de légitime
défense et elles sont prêtes à la faire encore pour défendre leur mandat qui inclut la protection des civils, a déclaré lundi à Reuters Alain Le Roy, sous-secrétaire général de l'Onu chargé des opérations de maintien de la paix.

"Nous avons le droit d'ouvrir le feu en cas de légitime défense ou de défense du mandat", a-t-il dit dans une interview accordée par téléphone. "Il y a déjà eu des attaques contre nos casques bleus et nous avons dû riposter".

"C'est là le mandat de nos casques bleus partout dans le monde".

"La pression la plus forte a été appliquée par le Conseil de sécurité"

Il est néanmoins difficile de prévoir comment la force de l'Onu en Côte d'Ivoire (Onuci), qui compte 10.000 hommes, pourrait réagir en cas de nouvelle guerre civile. Des responsables de l'Onu disent en privé que les casques bleus ne se battront pas contre l'une ou l'autre armée.

Plusieurs responsables de l'Onu ont dit à Reuters sous le sceau de l'anonymat que l'Onuci pensait avoir tué samedi un membre des forces armées fidèles au président sortant Laurent Gbabo qui avait tiré sur des casques bleus. L'Onuci tente toujours d'obtenir confirmation de cette mort, ont-ils dit. Après la reconnaissance par les Nations unies d'Alassane Ouattara comme vainqueur de l'élection présidentielle du 28 novembre, Gbagbo a ordonné le départ de tous les casques bleus du pays. Mais le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a rejeté cet ordre et déclaré que l'Onuci resterait.

Ouattara est de son côté retranché dans un hôtel d'Abidjan protégé par l'Onuci.

Le Conseil constitutionnel ivoirien, acquis à Gbagbo, a rejeté les résultats certifiés par l'Onu déclarant Ouattara vainqueur et a déclaré que Gbagbo l'avait emporté.

"Il est clair que le président Gbagbo tentera de harceler notre mission en coupant son ravitaillement", a déclaré Le Roy. "Il coupe déjà le ravitaillement de la mission et il harcèle
déjà les civils de notre mission".

Il a réaffirmé que les Nations unies étaient déterminées à mener à bien leur mission.

"La situation sécuritaire est source de grave préoccupation, mais la détermination de la mission (de maintien de la paix) restera la même", a dit Le Roy. "Nous avons un mandat, il a été renouvelé à l'unanimité. Nous remplirons notre mandat en dépit des circonstances très délicates et dangereuses".

Le Conseil de sécurité de l'Onu a prolongé lundi de six mois le mandat de l'Onuci.

La peur règne dans les quartiers pro-Ouattara

Première publication : 20/12/2010

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le Conseil de sécurité prolonge de six mois le mandat de l'Onuci

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    Les sanctions de l'UE isolent un peu plus encore Laurent Gbagbo

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    L'ONU dénonce des "exactions massives" en Côte d'Ivoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)