Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

  • En direct : 23,25 % de participation en Algérie à 14 heures

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

Economie

Ingenico rejette une offre de rachat américaine, l'État se réjouit

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/12/2010

Ingenico, numéro un mondial des terminaux de paiement, a refusé, dimanche, une offre de rachat américaine. Le ministre de l'Industrie, Éric Besson, s'est réjoui de ce refus, qualifiant Ingenico d'entreprise française "stratégique".

REUTERS - Les activités du groupe Ingénico sont jugées stratégiques par les pouvoirs publics français, qui ont soutenu lundi la décision du conseil d’administration du leader français des terminaux de paiement de rejeter un projet d’offre d’achat, dont l’auteur serait le conglomérat américain Danaher.

La cotation de l’action Ingenico a repris à 10h30 à la Bourse de Paris avec une baisse de 7% à 26 euros, après le rejet de l’offre de rachat de 1,44 milliard d’euros sur le capital de la société.

Le conseil d’Ingenico a rejeté dimanche cette offre à 28 euros par action, sans révéler toutefois l’identité de l’acquéreur potentiel qui, selon une source proche du dossier, est Danaher.

Selon la presse, l’Etat souhaite bloquer cette opération, au travers de sa participation dans l’équipementier aéronautique Safran, lui-même actionnaire d’Ingenico à 22%.

« Je vous confirme que l’Etat considère que c’est une entreprise essentielle pour la filière électronique française et, à titre personnel, je me réjouis que le conseil d’administration hier ait considéré que l’offre n’était pas suffisamment intéressante, c’est une étape très importante », a déclaré lundi Eric Besson, le ministre de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, sur LCI.

« L’Etat discute avec Safran et avec ses dirigeants bien évidemment (...) et l’Etat a pleinement conscience du caractère stratégique de cette entreprise pour la filière électronique française », a déclaré le ministre.

A la question de savoir si cette position reflétait une question de prix ou de principe, il a répondu : « C’est toute la discussion des jours qui viennent ».

"Dégonfler la spéculation"

Selon des analystes, cette déclaration de l’Etat, qui sonne comme un avertissement, limite fortement l’intérêt spéculatif sur le titre Ingenico.

« Le veto du gouvernement devrait dégonfler la spéculation qui entourait le titre depuis quelques semaines », a souligné Jean-Baptiste Sergeant, analyste chez Gilbert Dupont, qui a dégradé lundi sa recommandation sur le titre à « alléger », contre « accumuler » précédemment.

« Nous comprenons qu’Eric Besson n’est pas complètement opposé à une opération, tant que les intérêts français sont protégés. (...) On le voit mal bloquer directement une offre étrangère », observe de son côté un trader.

A 28 euros par action, l’offre représentait une prime de 1,5% par rapport au dernier cours de clôture avant l’annonce, à 27,59 euros jeudi soir.

Ce prix fait ressortir des ratios de valorisation inférieurs à ceux des concurrents du secteur, parmi lesquels l’américain VeriFone, souligne Alexandre Cornu, analyste chez CM-CIC, pour qui le seuil des 28 euros constitue désormais une base de négociation.

L’action Ingenico avait gagné 6,1% au cours des deux séances précédent l’annonce de l’OPA, et progresse de 59% depuis le début de l’année.

Première publication : 20/12/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)