Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Première incursion terrestre d’un commando israélien à Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Afrique

Des manifestants pro-Gbagbo se sont réunis à Paris pour fustiger la France et l'Onuci

©

Texte par Guillaume LOIRET

Dernière modification : 20/12/2010

Des centaines de sympathisants de Laurent Gbagbo étaient rassemblés dimanche à Paris, sous forte escorte policière. Pancartes et slogans critiquaient les rôles de la France et de l'ONU dans l'issue de l'élection présidentielle.

Plusieurs centaines de personnes - 600 manifestants selon les forces de police, 2000 selon les organisateurs - étaient rassemblées dimanche après-midi, place de la République à Paris, pour soutenir Laurent Gbagbo et demander le départ des troupes étrangères du territoire ivoirien. 

La manifestation, organisée par les représentants du Front Populaire Ivoirien (FPI – parti de Laurent Gbagbo) en France, était particulièrement critique vis-à-vis du soutien de Paris et de la communauté internationale à Alassane Ouattara.

La plupart des témoignages recueillis par FRANCE 24 insistaient sur le respect de la souveraineté ivoirienne, de ses institutions, et de la décision du Conseil constitutionnel qui a proclamé la victoire de Laurent Gbagbo. Parmi ces manifestants se trouvaient une grande majorité de partisans du FPI, mais aussi des sympathisants du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) de Henri-Konan Bédié, arrivé en troisième position au premier tour et qui avait pourtant appelé ses partisans à soutenir Alassane Ouattara. 

"Les Ivoiriens disent non à l’armée française, non à l’Onuci, non à l’occupation", indiquait ainsi la pancarte brandie par Aristide, un manifestant français d’origine ivoirienne. "C’est un problème ivoiro-ivoirien, mais l’ONU et la France veulent mettre le cafouillage dans notre pays" poursuivait-il, alors qu’autour de lui, d’autres manifestants entamaient des chants et des slogans en soutien à Laurent Gbagbo. "Je suis là pour soutenir mon président, élu démocratiquement, et l’ONU n’a pas son mot à dire" expliquait encore Murielle, une Ivoirienne de 19 ans qui étudie à Paris. 

Côte d’Ivoire et Françafrique 

La colère de beaucoup de manifestants était dirigée contre la "Françafrique" et les "réflexes néo-colonialistes" qui, d’après eux, expliquent la crise politique à Abidjan. Les Ivoiriens ont d’ailleurs été rejoints sur ce thème par d’autres Africains de Paris – Togolais, Burkinabés, Gabonais – demandant la fin des ingérences occidentales sur le continent noir. 

"Les Africains sont fatigués qu’on leur impose des présidents", expliquait encore Jean-François, citoyen congolais (Congo-Brazzaville,) entouré de deux camarades ivoiriens dont Guy, 32 ans, "pur houphouétiste" qui estime faire partie de "cette génération fatiguée que les pays africains ne choisissent pas leur avenir". 

Peu avant la fin du rassemblement vers 18h (heure de Paris), la représentante du FPI en France, Brigitte Kuyo, a pris la parole pour "dénoncer l'ingérence de Nicolas Sarkozy et de la communauté internationale", applaudie par une foule qui a ensuite repris "L’Abidjanaise", l’hymne ivoirien. 

"Un deuxième Rwanda" 

Après dispersion des sympathisants de Laurent Gbagbo, plusieurs dizaines de manifestants pro-Alassane Ouattara étaient toujours maintenus à l’entrée de la place de la République par un important cordon policier. Environ 200 d’entre eux s’étaient rassemblés pour ne pas abandonner le terrain aux pro-Gbagbo, et quelques heurts ont opposé les deux camps en début de manifestation, faisant deux blessés. 

"Il faut déloger Gbagbo, l’enlever par la force", ont lancé deux militants du Rassemblement des Démocrates (RDR) d’Alassane Ouattara. Yves et Ernest craignaient que le départ des forces onusiennes et françaises (Onuci et Opération Licorne) "ne soit l’occasion d’un véritable génocide, d’un deuxième Rwanda".

 

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés.

Première publication : 20/12/2010

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    L'ONU dénonce des "exactions massives" en Côte d'Ivoire

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Gbagbo accentue la pression sur les forces étrangères et sur l'opposition

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    Les 11 années de crise qui ont ébranlé le "miracle ivoirien" (1/2)

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)