Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Afrique

La crainte règne dans les quartiers pro-Ouattara

Vidéo par Cyril VANIER , Karim HAKIKI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/12/2010

À Abidjan, principale ville de Côte d’Ivoire, les magasins commencent à rouvrir et la circulation reprend. Mais la nuit, les habitants des quartiers pro-Ouattara redoutent des attaques et se protègent derrière des barricades de fortune. Reportage.

La vie reprend peu à peu son cours à Abidjan. Un peu plus de trois semaines après l’élection présidentielle controversée, les taxis circulent de nouveau et les magasins rouvrent leurs portes dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire.

Mais derrière cette normalité de façade, les habitants ont peur, notamment dans les quartiers favorables à Alassane Ouattara, le candidat reconnu comme vainqueur de l’élection par la commission électorale indépendante et la communauté internationale, mais écarté du pouvoir par le président sortant Laurent Gbagbo, qui refuse de céder sa place.

Ali est de retour dans son petit commerce, mais il est inquiet. Il témoigne à visage caché par crainte de représailles. "On ne peut pas laisser le magasin fermé, sinon comment va-t-on manger ?", explique-t-il, assis sur les marches de sa boutique. "On préfère venir, même avec la peur au ventre."

"Que la communauté internationale joigne l’acte à la parole"

Selon Navi Pillay, haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l'Homme, plus de 50 personnes ont été tuées ces derniers jours dans le pays et il y aurait plus de 200 blessés – des centaines d’autres auraient également été enlevées chez elles, affirme-t-elle. L’ONU dénonce des pressions et des violences commises à l’encontre de son personnel par le camp Gbagbo, mais assure que rien n'empêchera ses troupes "de mener à bien [leur] mission" : protéger les civils.

Sur le terrain pourtant, les Ivoiriens craignent des attaques d’hommes armés dans leur quartier. Ils ne se sentent pas protégés par les casques bleus, alors que la mission de ces derniers dans le pays vient tout juste d’être prolongée de six mois.

Rondes de nuit et barrières de protection

"Il faudrait que la communauté internationale joigne l’acte à la parole", implore un habitant du quartier, en pleurs. "Il faut que cela cesse le plus rapidement possible. Je pense à mes deux enfants, à ma famille, ça ne va pas, ils vont nous tuer, ces gens-là vont nous tuer."

Alassane, militant pro-Ouattara, montre les barrières de fortune en bois, érigées le soir par les habitants du quartier en guise de barricades. Il organise aussi des rondes de nuit. "C’est ça ma protection", raconte-t-il. "Qu’est-ce que j’ai pour nous protéger ? Les hommes en face ont des armes, nous on n’a pas d’armes et on nous dit qu’on est des rebelles. Mais ce sont eux les vrais rebelles."

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés.

Première publication : 21/12/2010

  • PRÉSIDENTIELLE IVORIENNE

    L’ONU pourrait déployer des troupes supplémentaires en Côte d'Ivoire

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    L'ONU dénonce des "exactions massives" en Côte d'Ivoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)