Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

Sports

Pourquoi Anelka et Henry ne renoncent-ils pas à leurs primes du Mondial ?

Vidéo par France 2

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 21/12/2010

On pensait l’affaire des primes des Bleus close, mais un dernier rebondissement fait revenir le dossier sur le devant de la scène. Deux joueurs, Nicolas Anelka et Thierry Henry, refusent toujours de céder leur part du gâteau. Explications.

Contrairement à ce qu’avait laissé entendre le président de la Fédération française de football (FFF), Fernand Duchaussoy, le 16 novembre dernier, tous les joueurs de l’équipe de France n’ont pas renoncé à leur prime du Mondial.

En effet, selon le quotidien Libération de ce mardi, Nicolas Anelka et Thierry Henry auraient refusé de céder leur prime estimée entre 130 000 et 150 000 euros. Au regard de leur salaire mensuel respectif - 483 333 € pour Anelka et 362 500 € pour Henry, pourquoi ces deux joueurs, qui ne font plus partie des Bleus, ne veulent-ils pas y renoncer ?

Depuis son exclusion du Mondial (suite aux insultes prononcées contre Raymond Domenech à la mi-temps de France-Mexique), Nicolas Anelka a toujours mis un point d’honneur à faire porter à la FFF la responsabilité du fiasco de Knysna. Après avoir appris que la commission chargée d’enquêter sur la grève des joueurs avait requis contre lui dix-huit matchs de suspension, il avait déclaré à France-Soir : "Pour moi, toute cette histoire de commission de je ne sais quoi est une aberration, une mascarade pour ne pas perdre la face". Du côté de la Fédération, on ne se fait guère d’illusions sur l’intention du joueur de renoncer à sa prime : "Anelka, ça m'étonnerait qu'il lâche", a déclaré une source proche de la FFF à l'AFP. "S'il y a un petit espoir, c'est plutôt du côté d'Henry," espère-t-on au siège de la Fédération. Car pour Thierry Henry, la situation est bien différente.

"Ce serait pitoyable de la part d’Henry"

"C’est difficile à comprendre. Vu qu’il vit à New York, il peut être déconnecté de la situation. Si c’est le cas, l’affaire pourra s’arranger rapidement. Sinon ce serait un immense désastre pour son image, " prévient Claude Droussent, ancien directeur des rédactions de l’Équipe et consultant pour FRANCE 24. "Après la main contre l’Irlande et le désastre du Mondial, il ne resterait alors plus rien d’un joueur qui était considéré comme le meilleur joueur français du XXIe siècle."

Pourtant la thèse de la "bouderie" du joueur qui s’était vu retirer le brassard de capitaine - suite à sa main contre l’Irlande - pourrait bien expliquer les causes de ce comportement. "Avec l’aura qu’il avait auprès des joueurs (il est le meilleur buteur de l’histoire des Bleus avec 51 buts, NDLR), Thierry Henry aurait pu faire descendre les joueurs du bus. Mais il ne l’a pas fait car il était vexé d’avoir perdu son brassard de capitaine. Ce serait donc dans cette continuité de bouderie qu’il ne lâcherait pas cette prime. Si c’est le cas, ce serait pitoyable," conclut Claude Droussent.

Première publication : 21/12/2010

  • FOOTBALL

    Thierry Henry dit adieu aux Bleus

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Pour Nicolas Anelka, la sanction de la FFF est une "mascarade"

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    La FFF inflige 18 matchs de suspension à Nicolas Anelka

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)