Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 21/12/2010

Universités, un terreau pour le radicalisme ?

Douze personnes ont été arrêtées en Angleterre, lundi, dans le cadre d’une opération anti-terroriste. Un coup de filet qui intervient neuf jours après les attentats de Stockholm, dont l’auteur présumé vivait et avait étudié à Luton, près de Londres. Un rapport de la fondation Quilliam établit justement un lien entre les universités et la radicalisation de certains jeunes britanniques.

Les universités britanniques seraient un terreau propice à la radicalisation islamiste, selon un rapport publié le 18 octobre par la fondation Quilliam, spécialisée dans le contre-terrorisme. Le fait que l’auteur présumé des attentats de Suède du 11 décembre dernier ait fréquenté l’université de Bedforshire confère une nouvelle touche d’actualité à cette étude. Mais Taimour Abdulwahab al-Abdaly n’est pas le seul islamiste présumé ou avéré à être passé par les bancs des universités anglaises. Umar Farouk Abdulmutallab, par exemple, qui aurait tenté de faire exploser un avion reliant Amsterdam à New York le 25 décembre 2009 avait, lui, fréquenté l’University College of London (UCL). Les exemples sont encore nombreux.

Mais en quoi les universités peuvent-elles former, selon Quilliam, un ‘’environnement potentiel de radicalisation’’ ? Pour les auteurs du rapport, le problème tient surtout à la liberté de parole laissée aux orateurs extrémistes s’exprimant dans sur les campus. Pour James Brandon, directeur de recherches à la Fondation Quilliam, la dangerosité est proportionnelle à l’âge du public. ‘’Lorsque les prêcheurs s’expriment dans les universités, ils s’adressent à un public jeune qui est souvent en pleine crise d’identité. A cet âge, on cherche à comprendre qui on est, et ce qu’on veut faire de sa vie’’, explique-t-il.

Mais les universités nient que la radicalisation puisse s’effectuer dans leurs murs. ‘’L’établissement entretient de bons rapports avec toutes les sociétés étudiantes, y compris la société islamique. Depuis que je suis président, nous n’avons jamais été confrontés à des cas d’activités extrémistes sur notre campus’’, a expliqué à France 24 Les Ebdon, le président de l’université de Bedforshire.

Ce sont pourtant des organisations étudiantes, principalement certaines sociétés islamiques, qui invitent ces orateurs. ‘’Il peut malheureusement être très facile, pour un petit groupe d’étudiants extrémistes, de prendre une société islamique et de l’utiliser comme un vecteur de propagation d’extrémisme, d’intolérance et de violences idéologiques’’, explique le rapport de Quilliam. Umar Farouk Abdulmutallab, avait notamment présidé la société islamique de l’UCL durant l’année universitaire 2006-2007.

Premier contact avec les thèses radicales

L’établissement a bien un droit de regard sur les intervenants qu’elle accueille mais ‘’les Britanniques étant très attachées à la liberté d’expression, les recteurs ne veulent – et ne peuvent pas – passer au crible tous les invités potentiels’’, explique à France 24 Dominique Thomas, chercheur à l’EHESS et auteur de ‘’Londonistan, le Djihad au cœur de l’Europe’’. Pourtant, si selon lui ‘’l’université n’est pas le principal terrain de radicalisation, ces conférences constituent souvent un premier lien avec les thèses extrémistes’’. Certains cultivent ces contacts d’autres pas. Mais pour Dominique Thomas, ‘’le quartier, la mosquée, les réseaux familiaux et amicaux demeurent les principaux canaux de radicalisation’’.

La semaine dernière, le gouvernement s’est donc engagé à prendre les choses en main. ‘’Des mesures doivent être mises place, que ce soit pour déradicaliser nos universités ou augmenter le contrôle de l’arrivée des imams sur le territoire britannique’’, déclarait le premier ministre David Cameron devant le Parlement le 15 décembre dernier. Mais selon James Brandon, les autorités ont beau être ‘’très consciente du problème, elle ne sait pas comment l’aborder ni y remédier’’.

De son côté, Dominique Thomas estime que David Cameron pourrait ‘’donner un tour de vice supplémentaire aux textes législatifs existants. Mais il ne faut pas qu’il abandonne la politique de dialogue que le Royaume-Uni pratique depuis des années’’. Selon le chercheur, le dialogue avec les groupes plus ou moins radicaux restera plus efficace et moins polémique que la limitation de la liberté d’expression. Une opinion que la fondation Quilliam ne partage pas. Pour elle, le problème doit désormais être pris ‘’à bras-le-corps’’.
 

Reportage de Feature Story News

Texte de Marie Billon

Invité:

  • David RENNIE, Chef du service politique, The Economist, en direct de Londres (Royaume-Uni)

Emission préparée par Charlotte Oberti, Marie Billon, Kate Williams et Patrick Lovett

Par Marie Billon , Feature Story News

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/06/2016 Royaume-Uni

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

L'hépatite C touche 130 à 150 millions de personnes dans le monde et serait la cause chaque année de 500 000 décès. Depuis quelques années, un médicament miracle breveté par un...

En savoir plus

23/06/2016 Royaume-Uni

Brexit : l'immigration, un thème majeur de la campagne

C'est le grand jour pour les Britanniques, qui votent pour ou contre la sortie de leur pays de l'Union européenne. La campagne, d'un côté comme de l'autre, a été mouvementée,...

En savoir plus

22/06/2016 Royaume-Uni

Vidéo : Brexit, le paradoxe écossais

Les derniers sondages d'opinion indiquent qu'une large majorité - les deux tiers - des Écossais vont voter pour rester au sein de l'UE, lors du referendum du 23 juin. Si la...

En savoir plus

21/06/2016 Mayotte

Mayotte, un département français dans l'impasse

Département français depuis 2011, Mayotte se trouve dans l'impasse. Des grèves qui tournent à l'émeute, une immigration clandestine que l'État n'arrive pas à endiguer,...

En savoir plus

20/06/2016 Immigration

Hendaye, terre d'asile

En cette journée internationale des réfugiés, lundi 20 juin, France 24 vous emmène à Hendaye, dans le Pays Basque. À la frontière avec l’Espagne, la ville a un long passé...

En savoir plus