Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yemen : couvre-feu décrété à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

L’ONU pourrait déployer des troupes supplémentaires en Côte d'Ivoire

Vidéo par Karim HAKIKI , Cyril VANIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/12/2010

Selon les besoins, le Conseil de sécurité envisagerait de déployer de nouvelles forces de sécurité. Une mesure incluse dans la résolution adoptée par l'ONU qui vise notamment à reconduire le mandat de l'Onuci pour six mois.

Le ton est monté d’un cran lundi entre l’ONU et Laurent Gbagbo. Alors que ce dernier avait réclamé samedi le départ des casques bleus de Côte d’Ivoire, le Conseil de sécurité des Nations unies a répondu par une résolution qui reconduit pour six mois le mandat de ses troupes dans le pays.

Le texte, adopté à l’unanimité des quinze pays membres, prolonge jusqu’au 30 juin 2011 le mandat de l’Onuci. Pas moins de 7 200 casques bleus et 1 250 policiers resteront donc sur place, souligne la résolution 1962, qui précise en outre que le Conseil de sécurité envisage d'autoriser le déploiement de "davantage de troupes, en fonction des besoins, sur une base temporaire".

Vers des sanctions onusiennes ciblées ?

Reconnaissant, pour la première fois, dans une résolution Alassane Ouattara comme le

vainqueur de l'élection présidentielle du 28 novembre, le Conseil se dit également prêt à imposer des "sanctions ciblées contre des personnes qui menacent le processus de paix, y compris en sabotant le résultat du processus électoral". L’Union européenne a quant à elle d’ores et déjà décidé lundi de sanctionner le président sortant et dix-huit membres de son entourage en leur interdisant de voyager sur son territoire.

"Pour l’ONU, c’est une manière de signifier à Laurent Gbagbo qu’il n’est plus le président de la Côte d’Ivoire et qu’il n’a donc plus le pouvoir de demander le départ des casques bleus", analyse Emmanuel Saint-Martin, correspondant de FRANCE 24 à New York.

La résolution 1962 intervient alors que l’ONU dénonce depuis quelques jours des actes hostiles commis par le camp Gbagbo à l’encontre des représentants de son personnel. Selon Choi Young-Jin, le représentant du secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire qui s’exprimait lundi lors d’une conférence de presse, les partisans du président sortant ont, surtout la nuit, "commencé à envoyer des jeunes gens armés au domicile des personnels" onusiens pour "demander la date de leur départ ou pour y effectuer des fouilles".

"Il est clair que le clan de Laurent Gbagbo fait tout pour nous rendre la vie très difficile, y compris en nous coupant nos approvisionnements et par du harcèlement" et "en faisant des provocations y compris armées", a confirmé à l’AFP Alain Le Roy, le chef des opérations de maintien de la paix des Nations unies."Il y a des provocations, des hommes armés ont tiré sur nos forces et nous ont obligé à répliquer bien sûr", a-t-il déclaré.

"Je pense à mes enfants, à ma famille"

Alain Le Roy affirme désormais craindre une confrontation "dangereuse" entre les forces de l’ONU et l’armée ivoirienne.

"Le mandat des casques bleus est de protéger les populations civiles sur place, mais elles ont aussi le droit de répliquer si elles sont attaquées", indique Emmanuel Saint-Martin. Mais les moyens de l’organisation internationale sur le terrain sont limités. "On le voit dans le cas de la protection d’Alassane Ouattara, réfugié à l’Hôtel du Golf", poursuit le journaliste. "Il est protégé par les casques bleus mais ceux-ci sont eux-mêmes entourés par l’armée ivoirienne."

La peur règne dans les quartiers pro-Ouattara

Ce manque de moyens est durement ressenti dans les quartiers pro-Ouattara, où les Ivoiriens attendent toujours la protection des casques bleus alors que, la nuit, des hommes armés tirent parfois sur les civils, expliquent les envoyés spéciaux de FRANCE 24 sur place. Les habitants érigent eux-mêmes des barricades pour se protéger des violences nocturnes. "Il faudrait que la communauté internationale joigne l’acte à la parole", raconte l’un d’eux, témoignant à visage caché, aux envoyés spéciaux . "Je pense à mes deux enfants, à ma famille, ils vont nous tuer", poursuit-il, effondré.

Selon les chiffres communiqués dimanche par l'ONU, plus de 50 personnes ont d'ores et déjà trouvé la mort dans les violences commises ces derniers jours.

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés.

Première publication : 21/12/2010

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'ONU témoigne de sa fermeté à l'égard de Laurent Gbagbo

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Qui sont les 18 dirigeants ivoiriens sanctionnés par l'UE ?

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    L'ONU dénonce des "exactions massives" en Côte d'Ivoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)