Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Renseignement : une loi qui inquiète

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Budget britannique : to cut or not to cut?

En savoir plus

EUROPE

Bruxelles juge "inacceptable" les perturbations dans les aéroports

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/12/2010

La Commission européenne a brandi la menace de mesures législatives "sur les exigences de service minimum pour les aéroports" après le désordre causé par les chutes de neige à Londres, Francfort, Paris ou encore Bruxelles.

AFP - Le transport aérien européen était accusé mardi d'impréparation et de manque de transparence vis-à-vis des passagers retenus dans les aéroports, au lendemain des intempéries qui ont provoqué des perturbations jugées "inacceptables" par Bruxelles.

Avions cloués au sol par la neige ou le verglas, voyageurs condamnés à passer la nuit à l'aéroport, manque d'informations: la scène s'est reproduite depuis dimanche dans plusieurs aéroports européens, depuis celui d'Heathrow à Londres, en passant par Francfort, Bruxelles ou encore Roissy-Charles-De-Gaulle à Paris, au coeur des départs en vacances pour Noël.

La Commission européenne a fait part de sa colère. "Je suis extrêmement préoccupé par le niveau des perturbations que la neige a causé pour voyager en Europe. C'est inacceptable", a dit le commissaire aux Transports Siim Kallas.

Il prévoit de demander des explications aux représentants des aéroports lors d'une réunion qui devrait se tenir "dans les prochains jours" et a brandi la menace de mesures législatives "sur les exigences de service minimum pour les aéroports".

Aéroport de Paris (ADP) n'a pas souhaité faire de commentaires sur ces déclarations. Le trafic reprenait progressivement mardi, hormis à Dublin où les vols étaient suspendus dans l'après-midi en raison de chute de neige.

Le gouvernement français a aussi haussé le ton contre les compagnies aériennes, la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet leur reprochant "un défaut d'information".

"En théorie, les compagnies aériennes sont responsables de l'information des passagers. Là, il y en a qui ont été débordées, notamment du fait de la fermeture d'autres aéroports européens", a déclaré la ministre sur France Info, reconnaissant toutefois qu'il était impossible aux compagnies aériennes d'échapper à des retards de vols.

Une critique reprise par l'Association des tour-opérateurs français (Ceto), dont le président René-Marc Chikli dénonce "un défaut de communication global". Il a toutefois estimé qu'il ne fallait pas dramatiser la situation, 98% des clients des tours-opérateurs ayant finalement pu s'envoler.

"Il faut arrêter de dramatiser: c'est moins grave que de gérer des attentats", a-t-il relativisé.

Le directeur exécutif d'Air France-KLM Pierre-Henri Gourgeon a pour sa part préféré faire son mea culpa sans même attendre les reproches du gouvernement. Mardi matin sur Europe 1, il a présenté ses "excuses à tous les passagers parce qu'on ne peut pas trouver assez de chambres à Roissy".

Il a également admis une "faiblesse": "Pris par le rythme des opérations et des décisions à prendre, nous ne faisons pas assez d'efforts pour donner aux passagers des informations sur le fait qu'on ne sait pas encore quand on repartira, mais qu'on y travaille", a-t-il dit.

Pour les jours à venir en revanche, il s'est refusé à tout pronostic. Même prudence du côté de sa grande concurrente européenne, Lufthansa, qui n'a pas dit quand le trafic devrait revenir à la normale. Le trafic a repris mardi matin à l'aéroport de Francfort.

Dans le sud de la France, il n'y a pas eu de neige, mais une grève des employés d'une entreprise de sécurité a provoqué l'annulation de nombreux vols à l'aéroport de Marseille Provence, où environ 3.000 passagers n'ont pas pu embarquer à temps. La grève a pris fin dans l'après-midi.

Nette amélioration dans les transports britanniques


 

Première publication : 22/12/2010

  • INTEMPÉRIES

    Les naufragés de Roissy-Charles-de-Gaulle racontent leur galère

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    "Je suis dans la queue de deux kilomètres pour prendre l’Eurostar"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des milliers de personnes ont passé la nuit dans les gares et aéroports parisiens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)