Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

L'ex-dictateur Jorge Videla écope d'une seconde condamnation à la prison à vie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/12/2010

Reconnu coupable de crimes contre l'humanité, l'ex-dictateur argentin, aujourd'hui âgé de 85 ans, a été condamné à une peine de prison à perpétuité ce mercredi. Il avait écopé d'une condamnation similaire en 1985, mais avait été grâcié en 1990.

AFP - L'ancien dictateur argentin Jorge Videla (1976-1981) a été condamné à la prison à vie mercredi par un tribunal de Cordoba (centre) pour l'exécution d'opposants et d'autres crimes contre l'humanité, au terme de son premier procès depuis 25 ans.

L'ancien général, âgé de 85 ans, avait déjà été condamné à la perpétuité en 1985 lors d'un procès historique de la junte militaire pour les crimes commis sous la dictature (1976-1983), qui a fait 30.000 disparus, selon les organisations de défense des droits de l'homme.

Mais la peine avait été effacée en 1990 par une grâce de l'ex-président Carlos Menem, qui a à son tour été déclarée anticonstitutionnelle en 2007, une décision confirmée par la Cour suprême en avril. Cette dernière avait également abrogé les lois d'amnistie des crimes de la dictature en 2005.

Depuis, plusieurs procédures ont été engagées contre Jorge Videla, fervent catholique qui faisait figure de modéré avant de prendre la tête du putsch du 24 mars 1976 et de diriger le pays jusqu'en 1981. Ces années ont été les plus dures du régime militaire.

A Cordoba (centre), l'ancien général moustachu était jugé depuis début juillet avec 29 autres personnes pour l'exécution de 31 détenus politiques.

Parmi les accusés, l'ancien général Luciano Menendez a été condamné pour la quatrième fois à la prison à perpétuité pour violation des droits de l'Homme.

Des preuves suffisantes ont été réunies "pour affirmer que (Jorge Videla) était le plus haut responsable de l'élaboration de ce plan d'élimination des opposants appliqué par la dictature militaire", avait estimé la semaine dernière, le procureur Maximiliano Hairabedian.

"J'assume pleinement mes responsabilités. Mes subordonnés se sont contentés d'obéir à des ordres", avait pour sa part déclaré l'ancien homme fort du régime militaire à la veille du verdict.

Il devra purger sa peine dans une prison civile et non militaire.

Jorge Videla a toujours nié les violations flagrantes des droits de l'homme commises sous la dictature et revendiqué "l'honneur de la victoire dans la guerre contre la subversion marxiste".

Poursuivi pour vols de bébés d'opposants, un crime non couvert par la grâce de 1990, il avait déjà été placé en arrêt domiciliaire de 1998 à 2008, avant d'être transféré en détention préventive dans l'attente de ses multiples procès fin 2008.

Dès 2001, il avait aussi été poursuivi pour sa participation au Plan Condor, mis sur pied conjointement par les dictatures d'Argentine, du Chili, du Paraguay, du Brésil, de la Bolivie et de l'Uruguay en vue d'éliminer leurs opposants.

Videla a eu sept enfants avec sa femme. Le troisième d'entre eux, décédé à l'âge de 19 ans en 1971, était handicapé mental et a été placé un temps dans une institution spécialisée où travaillait Léonie Duquet, l'une des deux religieuses françaises disparues pendant la dictature avec Alice Domon.

Le procès du principal suspect de leur enlèvement et de leur meurtre, l'ex-capitaine de la marine argentine, Alfredo Astiz, surnommé l'"ange blond de la mort", a débuté il y a un an à Buenos Aires.

Au total, 150 anciens membres des forces de l'ordre ont été condamnés pour violations des droits de l'homme commises sous la dictature, selon le centre d'information judiciaire.

Première publication : 22/12/2010

  • FOOTBALL

    L’Argentine face à l'exode de ses jeunes talents

    En savoir plus

  • DISPARITION

    Les Argentins rendent un dernier hommage à Nestor Kirchner

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Le décès de Nestor Kirchner déstabilise la scène politique nationale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)