Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

Asie - pacifique

Séoul entame des exercices militaires près de la frontière nord-coréenne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/12/2010

La Corée du sud va déployer cette semaine près de 800 soldats, à 20 km au sud de la frontière entre les deux Corées, pour une nouvelle vague de manœuvres militaires, terrestres, aériennes et navales.

AFP - La Corée du Sud va procéder cette semaine à une nouvelle vague de manoeuvres militaires, terrestres, aériennes et navales, quelques jours après les exercices sur une île bombardée par Pyongyang qui avaient porté la tension à son comble sur la péninsule coréenne.

L'armée a annoncé mercredi qu'elle allait entamer jeudi des manoeuvres militaires à tirs réels, terrestres et aériennes, près de la frontière avec le Nord.

Les exercices se dérouleront à Pocheon, à 20 km au sud de la frontière entre les deux Corées, a indiqué un porte-parole de l'armée, précisant que ces manoeuvres seraient importantes.

Des manoeuvres similaires se sont déroulées à plusieurs reprises à Pocheon, a-t-il ajouté.

Participeront à ces exercices 800 soldats, des hélicoptères, six avions de combat, des chars, des missiles anti-char, des canons autoportés et des lance-roquettes multiples.

Des manoeuvres navales ont par ailleurs démarré mercredi, à l'est de la péninsule, en mer du Japon, a ajouté l'armée. Elles se déroulent à une centaine de km au sud de la frontière avec le Nord et impliquent six navires de guerre et des hélicoptères.

L'objectif est de s'entraîner à répondre en cas d'intrusion de sous-marins ou de navires de patrouille nord-coréens dans les eaux sud-coréennes, a indiqué l'armée.

Les manoeuvres "démontreront la solidité de notre préparation militaire", a déclaré le commandant du Premier bataillon armé, Choo-Eun-Sik, à l'agence sud-coréenne Yonhap.

"Nous lancerons de sévères représailles si le Nord se risque à un autre acte provocateur tel que le bombardement de Yeonpyeong", a-t-il ajouté. Le 23 novembre, la Corée du Nord avait tiré 170 obus sur cette île sud-coréenne.

Ce bombardement, le premier d'une zone civile depuis la fin de la guerre de Corée (1953), a tué quatre Sud-coréens et provoqué un tollé international.

Lundi, Séoul a procédé à de brèves manoeuvres militaires à tirs réels sur Yeonpyeong, malgré les menaces de graves représailles par Pyongyang. La Corée du Nord a finalement décidé de ne pas riposter.

Selon l'ambassadeur chinois à l'ONU Wang Min, les deux Corées étaient ces derniers jours "proches de se livrer une guerre".

"Nous espérons encore qu'ils peuvent maintenir le calme", a-t-il estimé mardi lors d'un débat aves des jeunes, au Conseil de sécurité. Mais "leurs différends durent depuis des décennies, pas depuis hier. Il est peu probable que leur problème puisse être résolu en une nuit", a-t-il ajouté.

Lundi, Pyongyang a accepté le retour des inspecteurs nucléaires de l'ONU qu'elle avait chassés en avril 2009, selon le gouverneur américain Bill Richardson, un ancien ambassadeur à l'ONU qui a effectué une visite de cinq jours dans le pays, qualifiée de "privée" par Washington.

Mais ce geste d'apparente bonne volonté, qui démontre selon les analystes la volonté de Pyongyang d'engager le dialogue avec les Etats-Unis, ne reçoit pour le moment qu'un accueil sceptique de Washington.

"En mettant de côté les discours et la rhétorique, ils savent ce qu'ils (doivent entreprendre) pour devenir un membre respecté de la communauté internationale", a déclaré mardi le porte-parole du président Barack Obama, Robert Gibbs, à propos des responsables du régime nord-coréen.

"Les pourparlers à Six (sur le nucléaire) reprendront lorsque les Nord-Coréens démontreront leur volonté de changer leur attitude", a-t-il ajouté lors d'un point de presse.

En avril 2009, Pyongyang avait quitté les pourparlers à Six sur son désarmement nucléaire (réunissant les deux Corées, le Japon, la Russie, les Etats-Unis et la Chine) et procédé un mois plus tard à un deuxième essai nucléaire.

Première publication : 22/12/2010

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Séoul met fin aux exercices d'artillerie menés sur l'île de Yeonpyeong

    En savoir plus

  • CORÉES

    Le Conseil de sécurité reste divisé sur la Corée du Nord

    En savoir plus

  • CORÉES

    Pyongyang menace Séoul de nouveaux bombardements

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)