Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Afrique

Une résolution de l'ONU dénonce les "atrocités" commises après l'élection

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/12/2010

Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a adopté une résolution dénonçant les "atrocités" commises au lendemain du second tour de la présidentielle. Alassane Ouattara réclame l'ouverture d'une enquête par la Cour pénale internationale.

AFP - Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté par consensus jeudi à l'issue d'une session spéciale sur la Côte d'Ivoire une résolution dénonçant les "atrocités" commises après les élections de novembre.

La résolution, proposée jeudi par le Nigeria au nom du Groupe Africain, a été adoptée à l'issue d'intenses négociations qui ont duré toute la journée.

"Ce texte ne désigne aucun coupable"

Dans sa résolution, le Conseil se déclare "profondément préoccupé par les atrocités et les violations des droits de l'homme commises en Côte d'Ivoire" au lendemain du second tour de l'élection présidentielle "dont des enlèvements, disparitions forcées, détentions arbitraires, exécutions sommaires, actes de violence sexuelle, interdiction des réunions pacifiques, assassinats et destructions de propriétés".

L'élection a été remportée, selon la communauté internationale, par Alassane Ouattara, alors que Laurent Gbagbo a clairement indiqué qu'il entend rester au pouvoir.

A l'issue de négociations marathon marquées par des réticences des pays d'Afrique du Nord selon une source occidentale, les 47 membres du Conseil ont finalement enlevé du projet de résolution l'appel au respect de la "volonté du peuple". Ce que le représentant belge a regretté.

"Les gens ont extrêmement peur"
Le Conseil a également décidé de "prendre toutes les mesures appropriées si la situation des droits de l'homme sur le terrain se dégrade" et prie le Haut commissariat aux droits de l'homme de lui "communiquer des informations et de présenter un rapport sur les atteintes et violations des droits de l'homme".

Durant la session, la Haute commissaire adjointe aux droits de l'homme de l'ONU, Kyung-Wha Kang, s'est dite "alarmée par les violences occasionnées" depuis le second tour de la présidentielle le 28 novembre, qui a plongé le pays dans une grave crise.

"Entre le 16 et le 21 décembre, les responsables des droits de l'homme (en Côte d'Ivoire) ont reçu des informations sur 173 meurtres, 90 cas de tortures et mauvais traitements, 471 arrestations, 24 cas de disparitions forcées ou involontaires", a-t-elle affirmé.

Le rôle difficile des soldats de l'ONU en Côte d'Ivoire
Jusqu'à présent, l'ONU avait comptabilisé 50 morts et 200 blessés dans les violences entre les partisans des deux présidents proclamés.

Quelque 6.200 Ivoiriens, dont la majorité sont des femmes et des enfants, ont fui vers le Liberia et la Guinée depuis le début de la crise politique, selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) qui a indiqué mardi avoir renforcé ses stocks d'aide humanitaire pour être prêt à un afflux éventuel de 30.000 réfugiés ivoiriens dans ces deux pays.

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés.

Première publication : 23/12/2010

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'ONU dénonce un "usage excessif de la force" par les partisans de Laurent Gbagbo

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    La crise ivoirienne vue par la presse africaine

    En savoir plus

  • CÔTE D’IVOIRE

    Paris conseille aux Français de quitter le pays "provisoirement"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)