Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

Afrique

L'ONU dénonce un "usage excessif de la force" par les partisans de Laurent Gbagbo

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/12/2010

Le Haut-commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU dispose d'informations faisant état de 173 morts dans la période allant du 16 au 21 décembre. Alassane Ouattara réclame l'ouverture d'une enquête par la Cour pénale internationale.

AFP - Le camp d'Alassane Ouattara, le président ivoirien reconnu à l'extérieur qui exige le départ de son rival Laurent Gbagbo, a réclamé jeudi l'envoi d'une mission de la Cour pénale internationale pour enquêter sur des violences ayant fait 173 morts en cinq jours, selon l'ONU.

"Entre le 16 et le 21 décembre, les responsables des droits de l'homme (en Côte d'Ivoire) ont reçu des informations sur 173 meurtres, 90 cas de tortures et mauvais traitements, 471 arrestations, 24 cas de disparitions forcées ou involontaires", a affirmé jeudi à Genève la Haute commissaire adjointe aux droits de l'homme de l'ONU, Kyung-Wha Kang.

Le conseil des droits de l'Homme en session spéciale



"Cette situation s'est caractérisée par l'usage excessif de la force par les partisans de Laurent Gbagbo", a-t-elle ajouté, regrettant les restrictions de déplacement imposées au personnel de l'ONU qui l'ont empêché de vérifier des informations sur l'existence de charniers.

Elle s'est dite "alarmée par les violences occasionnées" depuis le second tour de la présidentielle le 28 novembre, qui a plongé le pays dans une grave crise: la victoire d'Alassane Ouattara a été prononcée par la Commission électorale et reconnue à l'étranger, mais invalidée par le Conseil constitutionnel qui a proclamé président le sortant Laurent Gbagbo.

A Abidjan, l'Onuci a affirmé avoir été empêchée par les forces armées loyales à Gbagbo d'enquêter sur l'existence éventuelle de charniers comprenant "de 60 à 80 corps" à Abidjan et confirmé la présence de combattants libériens "lourdement armés" dans la ville.

A la demande du Nigeria et des Etats-Unis, une session spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU s'est ouverte jeudi à Genève en vue d'examiner un projet de résolution dénonçant les "atrocités" commises dans ce pays et appelant au "respect de la volonté du peuple".

173 morts recensés entre le 16 et le 21 décembre
Une semaine après la répression sanglante par les forces pro-Gbagbo d'une marche avortée des partisans de Ouattara sur la télévision d'Etat RTI, pilier du régime en place, le gouvernement Ouattara a réclamé la venue d'une mission de la Cour pénale internationale (CPI).

Dans un entretien au quotidien français Libération, son Premier ministre Guillaume Soro, chef de l'ex-rébellion des Force nouvelles (FN), dit souhaiter que "tous ceux qui sont impliqués d'une manière ou d'une autre" dans les violences du 16 décembre et celles qui ont suivi "soient transférés à La Haye".

La veille, depuis l'hôtel d'Abidjan où le camp Ouattara est toujours retranché, Soro avait exhorté le monde à employer "la force" pour déloger Gbagbo.

Le ministre français de la Coopération, Henri de Raincourt, a estimé qu'il revenait aux pays africains de décider d'un recours à la force, ajoutant que "la France ne peut en aucune manière recommander le recours à la violence".

Le président français Nicolas Sarkozy s'est entretenu avec le président nigérian Goodluck Jonathan, président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), à la veille d'un sommet extraordinaire sur la Côte d'Ivoire, vendredi à Abuja.

Des discussions se sont d'ores et déjà ouvertes entre les Etats-Unis et des pays de la Cédéao sur un éventuel renforcement des effectifs de la mission de l'ONU en Côte d'Ivoire (Onuci, près de 9.000 hommes), appuyés par les 900 soldats français de l'opération Licorne.
À Bouake, l'attente et l'exaspÉration


Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui craint "une guerre civile" dans le pays, a opposé une fin de non-recevoir à la demande de M. Gbagbo d'un retrait de ces deux forces, accusées de soutenir M. Ouattara.

Après des sanctions de l'Union européenne et des Etats-Unis contre lui et certains de ses proches, la pression internationale s'est renforcée sur le sortant, avec la reconnaissance par l'ONU de l'ambassadeur désigné par Ouattara, Youssouf Bamba, auprès de l'organisation internationale.

Mais Laurent Gbagbo, qui a réaffirmé qu'il était le "président de la République de Côte d'Ivoire", n'entend pas céder. "Nous sommes forts, nous résistons, nous sommes courageux", a-t-il lancé, évoquant une "lutte indispensable" pour libérer l'Afrique.

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés.

Première publication : 23/12/2010

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le Conseil des droits de l'Homme se penche sur la crise ivoirienne

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    La crise ivoirienne vue par la presse africaine

    En savoir plus

  • CÔTE D’IVOIRE

    Paris conseille aux Français de quitter le pays "provisoirement"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)