Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Economie

L'agence de notation S&P confirme le triple A de la France

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/12/2010

Standard & Poor's a maintenu la note souveraine de crédit triple A de la France, estimant que le pays ferait le nécessaire pour atteindre son objectif de réduction du déficit budgétaire.

AFP - L'agence de notation Standard & Poor's a confirmé jeudi sa note maximale accordée à la France ("AAA") et maintenu sa perspective stable, en saluant "sa politique économique prudente".

"Nous confirmons notre +AAA+ à la notation de la dette souveraine de la France", écrit la première agence mondiale de notation financière dans une note publiée jeudi.

Cette évaluation "reflète notre point de vue sur la santé et la résistance de l'économie française, son environnement politique, que nous estimons stable et orienté vers des politiques économiques prudentes", explique Marko Mrsnik, un des analystes de S&P, cité dans le communiqué.

L'agence indique par ailleurs qu'elle maintient la perspective de cette note inchangée parce qu'elle estime que le gouvernement français va poursuivre son effort de consolidation budgétaire et "pourrait réduire le déficit public à approximativement 3% du produit intérieur brut en 2013".

La France a promis de ramener ses déficits publics (Etat, Sécurité sociale, collectivités locales) de 7,7% du produit intérieur brut (PIB) cette année, un record, à 6% l'an prochain. Paris vise un déficit à 4,6% du PIB en 2012 et 3%, le plafond autorisé par les traités européens, en 2013.

La décision de S&P intervient alors que les marchés financiers font pression sur les pays membres de la zone, dont certains pays traversent une crise des finances publiques depuis plus d'un an.

Les trois grandes agences de notation ont menacé ces derniers jours de dégrader la note des pays les plus fragiles de la zone euro, l'Espagne étant particulièrement visée après la Grèce, l'Irlande et le Portugal.

Les marchés financiers noteront particulièrement que S&P a maintenu stable la perspective d'évolution de la note de la France, c'est-à-dire que l'agence ne s'inscrit pas dans une logique d'abaissement même à moyen terme.

Les rumeurs de dégradation de la note de la France avaient circulé sur les marchés fin novembre-début décembre, ce qui avait contraint les autorités françaises à monter au créneau pour les démentir fermement.

"Les perspectives de croissance de la France sont soutenues par la résistance de son économie, sa force de travail hautement qualifiée et productive, et son secteur financier solide et efficace", estime S&P.

Toutefois, les contrats d'assurance contre le risque de défaut de la France, les CDS, ont atteint des niveaux historiques jeudi. Pour s'assurer contre le non remboursement de 10 millions de dollars de dette française à un horizon de cinq ans, un investisseur devra maintenant s'acquitter de plus de 107.000 dollars par an d'ici à l'échéance.

Les agences de notation évaluent la solidité financière et la capacité d'un Etat ou d'une entreprise à rembourser sa dette. Plus un Etat est considéré comme solide, moins élevé sera le coût de son emprunt.

Première publication : 24/12/2010

  • FINANCE

    L'agence de notation Fitch abaisse la note du Portugal

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Standard & Poor's abaisse la note souveraine de l'Irlande

    En savoir plus

  • CRISE FINANCIÈRE

    Michel Barnier prône la création d'une agence de notation européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)