Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le succès des meubles en open source

En savoir plus

SUR LE NET

La France tente de contrer la propagande djihadiste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

Amériques

Huit ans de prison requis contre l'ex-président Menem pour contrebande d'armes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/12/2010

Après deux ans de procès, le parquet argentin a requis huit ans de prison à l'encontre de l'ex-président Carlos Menem, accusé de trafic d'armes avec la Croatie et l'Équateur durant ses deux mandats.

AFP - Le parquet argentin a requis une peine de huit ans de prison à l'encontre de l'ex-président Carlos Menem, pour contrebande d'armes présumée avec la Croatie et l'Equateur au cours de ses deux mandats entre 1989 et 1999, a-t-on appris jeudi auprès d'une source judiciaire.

Dans ce procès débuté il y a deux ans, Carlos Menem, péroniste libéral maintes fois accusé de corruption, est accusé d'avoir ordonné l'envoi clandestin d'armes pour une valeur d'au moins 400 millions de pesos (76 millions d'euros actuels) entre 1991 et 1995 à destination de la Croatie et de l'Equateur.

Au total, 6.500 tonnes d'armes, des fusils, des canons, des roquettes anti-char et des munitions destinés au Panama et au Venezuela, ont en réalité été acheminés respectivement vers la Croatie et l'Equateur.

"Menem a ratifié la vente de ces armes destinées à des pays dont les gouvernements entretenaient d'excellentes relations avec lui", a expliqué le parquet, selon un rapport du centre d'information judiciaire local (CIJ).

Les armes ont fait surface en 1995 en Equateur à l'occasion de la guerre de la Cordillère des Andes, quand l'Equateur et le Pérou se sont affrontés pour un problème de limite territoriale. Or, l'Argentine ne pouvait vendre des armes ni à Lima ni à Quito, en qualité de garant de l'accord de paix que les deux pays avaient signé en 1942.

Quant aux envois d'armes en Croatie, ils violaient l'embargo des Nations unies imposé pendant la guerre qui a ravagé l'ex-Yougoslavie dans les années 90.

Outre M. Menem, aujourd'hui sénateur de l'opposition, âgé de 80 ans, sont jugées 17 autres personnes, dont des anciens ministres, des militaires à la retraite et des fabricants d'armes.

En qualité de sénateur, M. Menem jouit d'une immunité parlementaire qui le protège d'un emprisonnement durant le procès et même au moment d'une éventuelle condamnation. Si celle-ci était prononcée in fine, il ne serait incarcéré qu'au terme de son mandat de sénateur, au 9 septembre 2011 .

Carlos Menem a déjà été détenu dans le cadre de cette affaire pendant cinq mois en 2001, avant d'être libéré suite à une décision de la Cour suprême.

Première publication : 24/12/2010

  • ARGENTINE

    L'ex-dictateur Jorge Videla écope d'une seconde condamnation à la prison à vie

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    L’Argentine face à l'exode de ses jeunes talents

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Le dernier dictateur, Reynaldo Bignone, condamné à 25 ans de prison

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)