Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Afrique

La Cédéao menace Laurent Gbagbo de recourir à la force

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/12/2010

Les 15 pays membres de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont fait savoir qu'ils envisageaient le recours à la force, si nécessaire, pour déloger Laurent Gbagbo qui se maintient à la présidence du pays.

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés.

AFP - Les pays d'Afrique de l'Ouest ont menacé vendredi de déloger par la force Laurent Gbagbo, qui se maintient à la présidence de la Côte d'Ivoire malgré les appels incessants de la communauté internationale à céder le pouvoir à Alassane Ouattara.

Brisant un silence de plusieurs semaines, depuis le grand hôtel d'Abidjan où il est retranché avec son gouvernement, Ouattara a presque au même moment exhorté l'armée à se placer sous ses ordres pour mettre fin aux "atrocités" commises contre la population.

Au terme d'un sommet de ses chefs d'Etat à Abuja (Nigeria), la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a exigé une nouvelle fois, dans un communiqué, le retrait de Gbagbo et annoncé l'envoi prochain d'émissaires dans le pays.

"En cas de rejet de cette demande non négociable, la Communauté n'aura d'autre choix que de prendre toutes les mesures nécessaires, y compris l'usage de la force légitime, pour réaliser les aspirations du peuple ivoirien", a très clairement prévenu l'organisation.

C'est la première fois depuis le début de la crise née de la présidentielle du 28 novembre que Gbagbo, qui a ignoré jusque-là ultimatums et sanctions, est directement sous la menace d'une opération militaire destinée à renverser son régime.

Devant "le niveau excessivement élevé de pertes en vies humaines" depuis début décembre, la Cédéao a "averti les responsables de ces actes qu'ils feront l'objet de poursuites devant les tribunaux internationaux pour ces violations des droit humains, dans les délais les plus rapides".

Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a adopté jeudi une résolution dénonçant les "atrocités" commises après le scrutin qui ont fait, selon l'ONU, 173 morts du 16 au 21 décembre.

Depuis son hôtel soumis depuis plus d'une semaine à un blocus des forces pro-Gbagbo, Ouattara, entouré de son gouvernement, a devant une dizaine de journalistes appelé l'armée, restée fidèle à son adversaire, à lui obéir et à protéger la population.

"De graves violations des droits de l'Homme sont constatées partout", a-t-il alerté lors d'un discours solennel pour Noël, sa première intervention publique depuis début décembre.

"En tant que chef suprême des armées, je demande aux Forces de défense et de sécurité (FDS, loyales à son rival) d'assurer leur mission républicaine de protection des populations contre les miliciens et mercenaires étrangers qui font couler le sang des Ivoiriens", a lancé Ouattara, drapeau ivoirien à son côté.

Il a promis que la justice serait saisie "pour faire la lumière sur ces actes odieux" et qu'une "commission d'enquête nationale" serait constituée, tout en souhaitant la venue d'une mission de la Cour pénale internationale (CPI) "dans les tous prochains jours".

Par la suite, le gouvernement Gbagbo a jugé "illégale" une décision de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) d'accorder à Ouattara le contrôle des comptes ivoiriens à la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO).

Le camp Ouattara avait engrangé mercredi un premier succès avec la reconnaissance par l'ONU de Youssouf Bamba, l'ambassadeur qu'il avait désigné auprès de l'organisation.

Mais la communauté internationale s'impatiente. Le Nigeria, qui préside actuellement la Cédéao, avait exclu avant le sommet d'Abuja tout "compromis".

"Quelque chose qui ressemble à un gouvernement d'union nationale comme ce qui existe au Kenya ou au Zimbabwe ne sera pas sur la table" des négociations, avait averti le ministre nigérian des Affaires étrangères, Odein Ajumogobia.

L'ex-puissance coloniale française a de nouveau mis la pression. Gbagbo peut encore prétendre à une "sortie tout à fait honorable", "mais plus le temps passe et plus il y a de dérapages et de violences et plus cette perspective s'éloigne", a insisté la chef de la diplomatie Michèle Alliot-Marie.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a réitéré l'appel au sortant à renoncer "immédiatement" au pouvoir.

"un complot occidental dirigé par la France"

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés.

Première publication : 24/12/2010

  • CÔTE D'IVOIRE

    La Cédéao "déterminée" à voir Laurent Gbagbo quitter le pouvoir

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Une résolution de l'ONU dénonce les "atrocités" commises après l'élection

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    La crise ivoirienne vue par la presse africaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)