Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football: sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jeff Koons, l'icône du néo-pop s'expose à Paris !

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

Afrique

Des violences raniment le spectre des heurts interconfessionnels dans le nord du pays

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/12/2010

Trente-deux personnes au moins sont mortes dans une série d'explosions survenues dans la ville de Jos, située à la frontière des régions chrétiennes et musulmanes du pays. Six chrétiens ont par ailleurs été tués dans le nord-est, à Maiduguri.

AFP - Une série sans précédent d'attentats à la bombe et d'attaques d'églises ont fait trente huit morts à la veille de Noël, au Nigeria, pays le plus peuplé du continent africain, ont annoncé les autorités qui tentaient samedi de contenir les violences.

Trente deux personnes sont mortes et 74 ont été blessées, dont beaucoup étaient en train de faire leurs courses de Noël, dans sept explosions en deux endroits de la ville de Jos (centre), qui marque la limite entre le nord majoritairement musulman et le sud principalement chrétien, selon la police.

Dans la ville de Maiduguri (nord), des membres présumés d'une secte islamiste ont par ailleurs attaqué trois églises, brûlant l'une d'elles et faisant six morts, a déclaré un porte-parole de l'armée.

Aucun lien n'était dans un premier temps établi entre les deux séries d'attentats et d'attaques à la veille de Noël dans le pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 150 millions d'habitants, où les tensions entre chrétiens et musulmans s'exacerbent à l'approche du scrutin présidentiel d'avril.

La situation était particulièrement tendue à Jos, théâtre dans le passé de troubles intercommunautaires meurtriers et qui ont fait des centaines de morts cette année.

Au lendemain des violences, la police cherchait à calmer la situation après que des habitants eurent signalé qu'un groupe de jeunes avaient placé un barrage sur une route conduisant au lieu d'une des explosions et avaient mis le feu à cinq véhicules.

Trente deux personnes ont été tuées et 74 ont été blessées, a déclaré le commissaire Abdulrahman Akano de la police de l'Etat du Plateau dont Jos est la capitale.

"C'est la première fois que des explosifs de cette puissance sont utilisés", a-t-il ajouté, indiquant qu'il s'agissait apparemment de dynamite. La police n'avait pas encore déterminé qui était derrière les attentats, a-t-il dit.

"Les gens faisaient leurs achats" dans les zones touchées. "L'endroit visé était fréquenté par toutes sortes de gens, musulmans et non-musulmans", a-t-il ajouté.

Pour le gouverneur de l'Etat du Plateau, Jonah David, "le but des instigateurs (des attentats) est de dresser les chrétiens contre les musulmans et de déclencher un nouveau cycle de violences qui culmineraient dans le sabotage des activités pré-électorales".

Dans le nord du pays, les attaques d'églises à Maiduguri sont les dernières violences en date attribuées à la secte islamiste Boko Haram, dont le soulèvement l'an dernier et un affrontement avec les forces de l'ordre avaient fait des centaines de morts.

"Dans une attaque menée contre une église baptiste cinq fidèles dont un pasteur ont été tués", a déclaré le lieutenant Abubakar Abdullahi.

Dans une autre partie de la ville, considérée comme un "fief" islamiste, un garde de sécurité a été tué par d'autres membres présumés de Boko Haram, qui ont attaqué une autre église, a ajouté le porte-parole militaire.

Des soldats nigérians, selon la même source, ont réussi à empêcher une autre attaque visant une troisième église à Maiduguri.

"Un nombre indéterminé d'hommes armés ont tiré autour de l'église et une patrouille militaire positionnée dans le secteur a riposté. L'échange de tirs a duré quelques minutes", a indiqué à l'AFP le lieutenant Abdullahi.

Il a cependant souligné qu'une église baptiste avait été incendiée ainsi que la maison du pasteur située à proximité.

Plus de 50 personnes, dont des policiers, des soldats, des religieux, des chefs locaux et des politiciens ont été tués à Maiduguri, au cours des cinq derniers mois, par des hommes soupçonnés d'appartenir à la secte Boko Haram, qui affirme vouloir instaurer un Etat islamiste "pur".
 

Première publication : 25/12/2010

  • NOËL

    Benoît XVI condamne guerre et violence au cours de la messe de la nuit de Noël

    En savoir plus

  • IRAK

    Les chrétiens d'Irak célèbrent Noël dans l'inquiétude

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)