Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

Afrique

"L'indépendance du Sud-Soudan ? Un suicide collectif"

©

Texte par Perrine MOUTERDE

Dernière modification : 29/12/2010

Le gouvernement du Sud-Soudan se prépare à organiser le 9 janvier un référendum crucial sur une éventuelle partition avec le Nord. Mais pour le chercheur Marc Lavergne, l'indépendance du Sud n'est absolument pas viable.

Selon les observateurs, les Sud-Soudanais devraient se prononcer, à l'occasion du référendum prévu le 9 janvier, en faveur de l'indépendance de leur région. Marc Lavergne, directeur du Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales Égypte-Soudan (Cedej),estime pourtant que quelle que soit l'issue du référendum, Khartoum conservera le contrôle de la région.

 

France24.com : Le Sud est-il prêt pour l'indépendance ?

Marc Lavergne : Absolument pas ; c'est un suicide collectif. Même si l'indépendance est décrétée, le régime de Khartoum gardera les clés du Sud. Il n'y a, au Sud-Soudan, aucun juriste qui ait une notion de droit international ; il n'y a ni État, ni police, ni administration, ni comptable. La situation est terrible ; c'est la foire d'empoigne autour des pétro-dollars, les dirigeants sont corrompus... Khartoum veut en faire un État-croupion.

France24.com : Faut-il alors craindre des violences ?

Marc Lavergne : Le Nord n'a pas envie de faire la guerre et, au Sud, les gens ne sont ni mobilisés ni équipés. Mais je pense que des violences sont à peu près inévitables dans le Sud, entre les différents clans. Jusqu'à présent, le Sud était uni face à l'ennemi commun, le Nord. Mais la notion de Sud-Soudan n'a pas de réalité.

France24.com : Quelles seraient les conséquences de l'indépendance du Sud pour Khartoum ?

Marc Lavergne : Beaucoup d'analystes prédisent la désagrégation du Nord. Cette région n'a aucune ressource, et on peut penser qu'au Darfour, les Fours du mouvement de libération du Soudan (MLS) vont faire cause commune avec le Sud, même s'ils n'avaient jamais pensé à l'indépendance jusqu'ici. Cela va bousculer les équilibres ; ce sera donc aussi dur pour le Nord que pour le Sud.

France24.com : Pourquoi les Occidentaux sont-ils en faveur de l'indépendance du Sud-Soudan ?

Marc Lavergne : Les États-Unis analysent la situation en fonction du clash des civilisations. Ils considèrent qu'il y a des chrétiens et des musulmans et qu'ils n'ont rien à faire ensemble ; les Noirs américains y voient aussi un conflit des esclaves contre leurs maîtres. Avec l'indépendance, l'Occident pourra exploiter les ressources pétrolifères du Sud sans passer par le Nord et pourra faire pression sur Khartoum. Ce régime est à la fois un régime dont on se méfie [le président Omar el-Béchir est sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale, ndlr] et le premier allié des Américains dans la guerre contre la terreur.

Les Occidentaux ont une grande responsabilité dans la période terrible qui risque de s'ouvrir ; ils sont incapabes de voir les choses autrement que par leurs propres fenêtres. Le Sud-Soudan n'est pas viable alors que le Soudan l'était tout à fait dans sa diversité. Son avenir passe par l'égalité entre tous les Soudanais.

 

Première publication : 27/12/2010

  • SOUDAN

    Khartoum souhaite le report du référendum d'Abyeï, le Sud s'y oppose

    En savoir plus

  • LIBYE

    Kadhafi met en garde contre une éventuelle partition du Soudan

    En savoir plus

  • SUD-SOUDAN

    L'ONU presse Khartoum d'organiser le référendum de janvier

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)