Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

FRANCE

La Seine en crue, 100 ans après une inondation record à Paris

Vidéo par France 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/12/2010

Il y a 100 ans, une impressionnante inondation paralysait Paris. Aujourd'hui, une telle crue reste possible, mais des plans d'action pour réguler les inondations existent désormais, assure Isabelle Leleu, du Service central d'hydrométéorologie.

La Seine est en crue depuis trois semaines, obligeant les autorités à fermer une partie des voies sur berge à la circulation. Mardi, le niveau de l'eau dépassait les 3,80 mètres. Très loin encore des 8,62 mètres, niveau record de la Seine enregistré lors des inondations de 1910. Cette année-là, la crue avait été qualifiée de centennale.
 

France24.com - Paris peut-elle subir une crue comme celle de 1910 ?

Isabelle Leleu - Oui, c’est possible, ce type de phénomène peut tout à fait se reproduire. Toutes les villes bordant un fleuve peuvent subir des crues dévastatrices et Paris n’échappe pas à la règle. Mais aujourd’hui, la situation n’est en rien comparable à ce qui s’est passé en 1910. Les voies sur berge de la capitale sont submergées à peu près tous les ans, mais ça ne gène que la circulation, l’eau n’impacte absolument pas les habitations.

Rien à voir avec 1910 ! À l’époque, cette crue avait été qualifiée de centennale, revenant tous les cent ans. Mais nous n’avons aucun élément qui nous permette d’affirmer que ce type de phénomène se produise à cette régularité là. C’est quelque chose de relativement rare. Les maigres données dont nous disposons laissent plutôt penser que ce type de crue se produit tous les deux cents voire tous les cinq cents ans.

F24 - Comment peut-on éviter de telles crues ?

Isabelle Leleu - Des dispositifs ont été mis en place très en amont : tout un système de grands bassins, qu’on appelle les grands lacs de la Seine, ont été construits au niveau de la Marne, de l’Aube, de l’Yonne et de la Seine. Ces bassins

Les Parisiens mesurent la montée de la Seine sur le zouave du pont de l'Alma. En 1910, il avait de l'eau jusqu'aux épaules.

servent à réguler le débit du fleuve. À l’arrivée de l’hiver, ils sont vides et se remplissent en fonction du débit des cours d’eau. Au sortir de l’hiver, ils sont pleins et servent de réservoir d’eau au cours de l’été : si le niveau de la Seine s’abaisse au point de menacer la circulation fluviale, on relâche l’eau de ces bassins.

Ce système a évidemment des limites. Il ne peut pas empêcher l’inondation de Paris si trop d’eau afflue en même temps dans la Seine. Mais pour un débit égal à celui de 1910, l’inondation serait aujourd’hui moins grave dans la capitale.

F24 - En cas de grande crue, des dispositifs sont-ils prévus à Paris  ?

Isabelle Leleu - Oui, il existe des plans de protection qui sont déclenchés dès qu’une alerte est lancée. Il s’agit d’un dispositif monumental. Il vise en priorité à mettre en sécurité le réseau ferré souterrain pour éviter qu’il ne propage l’inondation. C’est ce qui s’était passé en 1910 et depuis, le réseau de transport souterrain s’est agrandi. Le plan prévoit de mobiliser 1 500 agents RATP dans des endroits stratégiques de Paris pour murer les bouches de métro, les aérations… Bref, pour boucher tous les accès au métro. 

La gare de Lyon est un point névralgique des transports parisiens. En cas de crue, elle sera entourée de murs hauts de trois mètres pour éviter que l’eau ne l’envahisse. Les pouvoirs publics ont en plus stocké d’énormes réserves de béton tout autour de Paris, pour parer à une crue de l’envergure de celle de 1910. C’est un dispositif colossal.

On prévoit aussi l’évacuation des hôpitaux, car les réseaux d’eau potable, d’assainissement et d’électricité seraient très sérieusement impactés. 

La crue aurait des conséquences sur les 12 millions d’habitants d’île-de-France, et serait capable de provoquer une paralysie économique d’une bonne partie du pays. Dans ce cas, mieux vaut aller se réfugier en province car les citoyens lambdas se retrouveraient tous seuls : les pouvoirs publics s’occuperont des personnes vulnérables en priorité.

 

Première publication : 28/12/2010

COMMENTAIRE(S)