Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Paris a reçu une "preuve de vie" de l'otage français enlevé à Mogadiscio en 2009

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/12/2010

Denis Allex, un agent des services de renseignement français enlevé le 14 juillet 2009, serait en vie. La DGSE (services de renseignement français) dit avoir reçu "une preuve de vie". Aucun détail n'a été donné sur son état de santé.

AFP - Les autorités françaises ont reçu le 6 décembre "une preuve de vie" du Français Denis Allex, agent des services de renseignement retenu en otage depuis le 14 juillet 2009 en Somalie, a-t-on appris mardi auprès de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

"Aucun détail n'a été donné par les ravisseurs sur son état de santé, ni sur sa localisation ou ses conditions de détention", ont précisé les services, confirmant une information diffusée sur le site "Secret défense" du journaliste de l'hebdomadaire Marianne Jean-Dominique Merchet.

Cette preuve de vie a pris "la forme d'une réponse à une question personnelle", a indiqué la DGSE, sans fournir plus de détail.

La direction de la sécurité extérieure souligne qu'elle est "bien en contact avec les ravisseurs" de Denis Allex, mais que pour "des raisons évidentes de discrétion" les autorités ne souhaitent pas communiquer sur la teneur des négociations, "particulièrement difficiles".

Denis Allex, un agent des services de renseignement français, a été enlevé par un groupe islamiste le 14 juillet 2009 à Mogadiscio. Un autre Français enlevé le même jour avait retrouvé la liberté fin août 2009.

Selon Paris, ces deux officiers avaient pour mission de former des éléments de la police et la garde présidentielle. Les insurgés islamistes somaliens Shebab affirment pour leur part qu'ils étaient censés réunir des renseignements pour le gouvernement français, au profit des "forces de la croisade" en Somalie.

Les islamistes exigent notamment la cessation de tout support politique ou militaire de la France au fragile gouvernement somalien et le retrait de tous ses conseillers de Somalie.

Fin juin, le ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner avait indiqué que l'otage français pouvait alors être détenu dans la région autonome auto-proclamée au Puntland, dans le nord de la Somalie.

Huit Français sont actuellement retenus en otages dans le monde : cinq au Sahel, deux en Afghanistan et un en Somalie.

Première publication : 28/12/2010

  • SOMALIE

    Dans une vidéo, un otage français des Shebab appelle Paris à l'aide

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)