Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

Afrique

Le président Ben Ali dénonce une "instrumentalisation" politique des émeutes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/01/2011

Le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a dénoncé une "instrumentalisation politique", alors que de violentes manifestations secouent la Tunisie après qu'un jeune homme a tenté de se suicider à Sidi Bouzid, le 17 décembre.

AFP - Le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a regretté mardi soir les évènements de Sidi Bouzid (centre-ouest), en proie à des troubles sociaux et a dénoncé une "instrumentalisation politique de certaines parties".

"J'ai suivi avec inquiétude et préoccupation les événements survenus ces derniers jours à Sidi Bouzid (..) le point de départ de ces événements est un cas social dont nous comprenons les circonstances et les facteurs psychologiques et dont les conséquences sont regrettables" a-t-il déclaré dans un discours adressé au peuple tunisien diffusé par la chaîne nationale TV7.

La région de Sidi Bouzid est en proie à des troubles sociaux à la suite de la tentative de suicide de Mohamed Bouazizi, un vendeur ambulant de fruits et de légumes qui s'était fait confisquer sa marchandise par la police municipale , n’ayant pas les autorisations nécessaires. Le jeune homme s'était aspergé d'essence pour s'immoler par le feu.

Le chef de l'Etat s'est rendu mardi après-midi au chevet de Bouazizi, alité au centre médical des grands brûlés à Ben Arous, près de Tunis et il a reçu au Palais présidentiel la mère de ce jeune homme ainsi que d'autres familles de la région de Sidi Bouzid.

Dans son discours, M. Ben Ali a dénoncé "l'ampleur exagérée qu'ont pris ces événements à cause de leur instrumentalisation politique par certaines parties qui ne veulent pas le bien de leur patrie et recourent à certaines chaînes de télévision étrangères qui diffusent des allégations mensongères sans vérification et se fondent sur la dramatisation (...) et la diffamation médiatique hostile à la Tunisie".

"Il n'est donc pas possible, de quelque manière que ce soit, malgré notre compréhension, que nous acceptions l'exploitation de cas isolés, un événement ou une situation fortuite, pour la réalisation de visées politiciennes, au dépend des intérêts de la communauté nationale, ses acquis et ses réalisations, et en premier lieu la concorde, la sécurité et la stabilité", a-t-il averti

Ben Ali a mis en garde "une minorité d'extrémistes et d'agitateurs à la solde d'autrui et contre les intérêts de leur pays (qui a) recours à la violence et aux troubles dans la rue comme moyen d'expression".

"C'est un aspect négatif et anti-civique qui donne une image déformée de notre pays et entrave l'afflux des investisseurs et des touristes, ce qui se répercute sur les créations d'emplois, alors que nous en avons besoin pour réduire le chômage", a-t-il souligné affirmant que "la loi sera appliquée rigoureusement contre ceux-là".

Le président Ben Ali a souligné "l'impératif de respecter la liberté d'opinion et d'expression et le souci de les consacrer dans la législation et la pratique, et nous respectons toute position dès lors qu'elle est exprimée dans le cadre de la Loi et des règles et éthique du dialogue".

Concernant le problème de chômage, cause principale des troubles sociaux dans la région de Sidi Bouzid, M. Ben Ali a exprimé sa compréhension de "la difficulté générée par la situation de chômage et son impact psychologique sur celui qui la subit". "Nous sommes constamment attachés à la dimension sociale de notre politique de développement afin qu'aucune région ou catégorie ne soit privée de sa chance à l'emploi et à l'investissement", a-t-il ajouté.
 

Première publication : 28/12/2010

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Le vent de la contestation souffle sur Tunis

    En savoir plus

  • TUNISIE

    De violents affrontements ont opposé la police aux manifestants près de Sidi Bouzid

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Condamné à 4 ans de prison, le journaliste Fahem Boukadous a été arrêté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)