Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Laurent Gbagbo, accroché au pouvoir jusqu'au bout

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 12/04/2011

Terré depuis 10 jours dans sa résidence présidentielle, Laurent Gbagbo s'est rendu le 11 avril 2011. Retour sur le parcours d'un habile politicien qui s'est battu pour accéder au pouvoir. Et y rester.

FRANCE 24 a décidé de fermer provisoirement les commentaires de cette page en raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés.

Il avait lutté pour parvenir au pouvoir, il a lutté jusqu’au bout pour s’y maintenir. Il a finalement plié. Laurent Gbagbo est tombé aux mains de son adversaire Alassane Ouattara le lundi 11 avril 2011, après avoir passé dix jours retranché dans un bunker du sous-sol de la résidence présidentielle encerclée par les forces pro-Ouattara.

Pendant quatre mois, malgré les pressions de la communauté internationale, il s’est montré d’une détermination à toute épreuve. Plongeant la Côte d’Ivoire dans une violente crise politique, il a obstinément refusé de reconnaître sa défaite à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010. Laurent Gbagbo avait été déclaré vainqueur par un Conseil constitutionnel acquis à sa cause, malgré les résultats communiqués par la commission électorale indépendante pour qui le verdict des urnes était favorable à Alassane Ouattara.

En quatre décennies de carrière politique, Laurent Gbagbo s’est fait connaître pour son habileté à "rouler ses adversaires dans la farine" qui lui a valu le surnom de "boulanger d’Abidjan". Mais l’opiniâtreté d’Alassane Ouattara et la pression internationale ont finalement eu raison de sa ténacité légendaire.

Du syndicalisme au palais présidentiel

Originaire du pays bété, dans l’ouest ivoirien, Laurent Gbagbo voit le jour le 31 mai 1945 dans le village de Mama, près de Gagnoa. Fils d’un catholique pratiquant, le jeune Laurent, pris de passion pour le grec et le latin, décide de suivre le chemin de l'enseignement.

Devenu enseignant en histoire et en géographie au Lycée classique d’Abidjan puis chercheur à l'Institut d'histoire, d'art et d'archéologie africaine (IHAAA), Laurent Gbagbo milite au sein du Syndicat national de la recherche et de l’enseignement supérieur (Synares). Un activisme qui lui vaut de séjourner quelques temps en prison.

Galvanisé par les manifestations étudiantes de février 1982 auxquelles il a pris part, le jeune syndicaliste durcit son opposition au régime du président Houphouët Boigny en fondant, cette même année, le Front populaire ivoirien (FPI), qui s’attire très vite les foudres du pouvoir.

Lors de l’instauration du multipartisme dans le pays, le chef de file du FPI, qui vient d'adhérer à l'Internationale socialiste, annonce sa candidature à la présidentielle d’octobre 1990. Contre toute attente, le camarade Gbagbo récolte 18,3 % des voix. La Côte d’Ivoire se découvre un opposant fougueux et bateleur qui - fait rare - ne craint pas de s’attaquer à la statue Houphouët.

À l’issue de l’élection présidentielle de 1995, qui doit désigner le successeur du défunt "père de la nation", Henri Konan Bédié s’adjuge le scrutin haut la main, mais Gbagbo n'en a cure : il sait que son tour viendra.

Cinq ans plus tard, le candidat du FPI remporte la présidentielle d'octobre 2000. Lors de la cérémonie d'investiture, son épouse Simone ne peut contenir ses larmes. Compagne de lutte de la première heure dotée d'une forte influence sur son mari au point de le convertir à un évangélisme fervent, la nouvelle Première dame savoure le couronnement de vingt années de combat politique.

À la tête d'une Côte d’Ivoire coupée en deux

A peine parvenu à la tête de l’État, Laurent Gbagbo échappe de peu à un coup d’État. Dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, des hommes armés venus du Nord profitent de son absence - il est alors en visite officielle en Italie - pour mener des attaques simultanées sur Abidjan, Bouaké (centre) et Korhogo (nord).

Repoussés par les forces gouvernementales, les insurgés se replient à Bouaké, où ils installent leur base. La Côte d’Ivoire est coupée en deux et s’enfonce dans la crise. Les partisans du président pointent du doigt le nordiste Alassane Ouattara qui, dénoncent-ils, bénéficient du soutien de "puissances étrangères", parmi lesquelles la France.

Entraînés par la milice des Jeunes patriotes, les pro-Gbagbo s’attaquent en 2004 aux intérêts de l’ancienne puissance coloniale. Malgré ses appels au calme répétés, le président ivoirien est régulièrement accusé par Paris d’attiser le sentiment antifrançais. Le divorce entre la France et la Côte d'Ivoire est consommé.

Un président qui a pris goût au pouvoir

L’accord de paix signé le 4 mars 2007 à Ouagadougou, au Burkina Faso, vient finalement relancer les espoirs des Ivoiriens éprouvés par cinq années de crise. Laurent Gbagbo annonce la tenue imminente d’une présidentielle qui, pourtant, sera reportée à six reprises.

L’ancien syndicaliste qui avait coutume de battre le pavé est accusé d’avoir pris goût au pouvoir et de tout faire pour empêcher l’organisation du scrutin. Finalement fixée au 31 octobre 2010, l’élection présidentielle oppose, pour la première fois dans la jeune histoire du pays, le trio Gbagbo-Ouattara-Bédié qui domine la scène politique ivoirienne depuis la mort de Félix Houphouët-Boigny.

Aveuglé par des sondages qui le créditent d’une large victoire, le président-candidat se lance dans la bataille avec la certitude de l’emporter. Laurent Gbagbo se sent imbattable. Le 3 décembre, après une longue attente pour les électeurs ivoiriens, la Commission électorale indépendante (CEI) annonce la couleur : Alassane Ouattara a obtenu 54,1% des voix, Laurent Gbagbo, 45,9%. Mauvais perdant, ce dernier refuse la réalité des chiffres. Et s'entêtera, quatre mois durant, à occuper un fauteuil qu'il mit si longtemps à conquérir.

Première publication : 29/12/2010

COMMENTAIRE(S)