Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux de Manuel Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'Organisation de l'Etat islamique perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

FOCUS

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

Asie - pacifique

Pékin inaugure cinq lignes de métro

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/12/2010

La capitale chinoise a porté son réseau de transport métropolitain, jeudi, à 14 lignes pour un total de 336 kilomètres, grâce à l'inauguration de cinq lignes destinées à alléger la circulation automobile qui engorge Pékin.

AFP - Pékin a inauguré jeudi cinq nouvelles lignes de métro, en espérant soulager ainsi ses conditions de circulation automobile qui empirent jour après jour.

Ces nouveaux axes de transport public, qui vont jusqu'en banlieue, ajoutent 108 kilomètres au réseau, qui s'étend désormais sur 336 kilomètres, a détaillé l'agence officielle Chine nouvelle.

Le budget de construction de ces cinq lignes a atteint près de 7 milliards d'euros, selon l'agence.

Environ cinq millions d'usagers utilisent chaque jour le métro de Pékin, dans les rames sont souvent bondées. La capitale chinoise, l'une des villes les plus polluées de la planète, compte désormais 14 lignes de métro. Selon une étude publiée fin juin par IBM, c'est à Pékin et Mexico que la circulation automobile est la pire au monde.

En s'appuyant sur dix critères comme les temps de déplacement, la durée des embouteillages ou le stress des conducteurs, Pékin atteint 99 (sur 100) dans l'indice de pénibilité des transports automobiles calculé par IBM.

En 2010 dans la capitale chinoise, environ 2.000 nouveaux véhicules sont venus chaque jour s'ajouter au trafic déjà saturé.

Cette inflation intenable a conduit les autorités à annoncer la semaine dernière qu'elles limiteraient à 240.000 le nombre de nouvelles voitures à Pékin en 2011. Soit un tiers du total atteint en 2010.

Première publication : 30/12/2010

  • CHINE

    Pékin baisse les quotas d'exportation de ses terres rares

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Les grands pays émergents invitent l'Afrique du Sud à rejoindre les Brics

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Peugeot pourrait vendre plus de voitures en Chine qu'en France d'ici 2015

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)