Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue, le PDG entendu sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat...les sujets qui fâchent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une femme fantastique" : rencontre avec l'actrice transgenre Daniela Vega

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

FOCUS

Israël : le grand flou du gouvernement autour du sort des migrants africains

En savoir plus

L’invité du jour

Jacky Moiffo : "Ils ont vendu mon frère", migrant du Cameroun

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Emmanuel Macron aux États-Unis : une visite pour renforcer les liens économiques

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce que nous achetons bon marché peut coûter très cher à d'autres"

En savoir plus

Culture

Le pianiste et compositeur de jazz Billy Taylor a succombé à un arrêt cardiaque

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/12/2010

"Dr Taylor", jazzman américain qui n'a pas hésité à faire carrière à la radio et à la télévision, pianiste et compositeur renommé, s'est éteint mardi à New York à l'âge de 89 ans. Il a notamment été directeur musical d'une émission sur NBC.

AFP - Le pianiste et compositeur de jazz américain Billy Taylor est mort mardi à New York à l'âge de 89 ans, rapporte mercredi le New York Times.

Le musicien, qui avait également fait carrière à la radio et la télévision, a été victime d'un arrêt cardiaque, a précisé au quotidien sa fille Kim Taylor-Thompson.

Billy Taylor avait obtenu un doctorat en études musicales et aimait se faire appeler "Dr Taylor". Arrivé à New York en 1943, il avait notamment joué avec le saxophoniste Ben Webster, avant de former en 1951 son propre trio.

Parmi ses quelque 300 compositions, "I wish I knew how it would feel to be free" était devenue dans les années 60 l'hymne officieux du mouvement pour les libertés civiles aux Etats-Unis, écrit le New York Times.

Longtemps très présent sur les chaînes de télévision américaines, il avait été directeur musical d'une émission sur NBC, "The subject is jazz", et correspondant culturel du programme "Sunday Morning" sur CBS. Il avait ensuite collaboré plus de deux décennies avec la radio publique NPR.

Il avait également enseigné le jazz à l'université de Long Island et à l'Ecole de musique de Manhattan.

Billy Taylor avait fondé en 1965 une organisation, "Jazzmobile", où des musiciens de talent jouaient en plein air dans les quartiers défavorisés de New York.

Première publication : 30/12/2010

COMMENTAIRE(S)